Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 14:29

349  - 1 CORINTHIENS 11:28-32

Ici, Paul, parlant de la Sainte-Cène, nous avertit de nous examiner avant de la prendre. Si nous ne le faisons pas, nous nous exposons à la maladie et même à une mort précoce. Nous pouvons cependant prévenir le jugement de Dieu. Il ne nous jugera pas dans les domaines où nous nous sommes jugés nous-mêmes. Il y a trois alternatives: 1 - Nous juger nous-mêmes et ne pas alors venir sous le jugement de Dieu. 2 - Manquer de nous juger nous-mêmes et nous retrouver sous le jugement de Dieu - tout en échappant cependant au jugement de Dieu sur le monde. 3 - Refuser ces deux alternatives et être jugés avec les incroyants. D'une façon ou d'une autre, nous serons tous jugés.

Si nous sommes responsables de nous juger nous-mêmes, alors comment devons-nous le faire? Nous devons nous juger d'après les normes qui nous sont révélées dans la parole de Dieu. Nous n'avons pas à nous juger d'après nos sentiments, d'après les opinions de la société ni même d'après notre propre point de vue en ce qui nous concerne. Plutôt, il faut nous juger d'après l'enseignement clair de la parole de Dieu. D'après ces normes, nous sommes responsables de juger notre conduite et nos relations. Suis-je en paix avec mon frère ou ma sœur? Ai-je de l'amertume ou du ressentiment dans mon cœur? Ai-je dit des choses fausses ou peu charitables à propos d'un autre croyant? Voilà des façons dont nous avons à nous juger nous-mêmes. Et si nous prenons cette obligation de nous juger nous-mêmes au sérieux, alors nous passerons beaucoup moins de temps à juger ceux que nous ne sommes pas censés juger.

Le jugement dans la famille.

La prochaine sphère de jugement est celle de la famille. Celui qui est mari et père est responsable de "juger" sa femme et ses enfants. Dans 1 Timothée 3:4, Paul dit qu'une qualification nécessaire à l'ancien est "qu'il dirige bien sa propre maison". Parce que le père dirige sa maison, il se trouve dans l'obligation de la juger.

Qu'est-ce qu'un mari ou un père est tenu de juger? Dans la mesure où la conduite est le principal domaine à juger, je crois que ce qu'on attend du père, c'est qu'il juge toute conduite qui porte atteinte au bien-être de ceux dont il a la responsabilité. Si je vois mes enfants toujours abuser de boissons sucrées gazeuses et de glace, je suis alors dans l'obligation de les discipliner, parce qu'en tant que père il m'appartient de veiller à ce qu'ils grandissent en ayant une bonne santé.

Je suis aussi dans l'obligation de juger la conduite qui porte atteinte à l'honneur et à l'ordre de notre maison; je devrai en rendre compte à Dieu et à mon prochain. Si mes enfants sont grossiers et indisciplinés devant des étrangers, l'attention sera attirée sur mon rôle de père, prouvant que je n'accomplis pas ma fonction.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article

Repost0
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 09:58

352-copie-1  

L'étendue de notre autorité à exercer le jugement.

Nous avons vu que lorsque nous avons une responsabilité, il nous faut avoir de l'autorité; et lorsque nous avons de l'autorité, nous sommes dans l'obligation de juger. Il nous reste cependant le problème de connaître l'étendue de notre autorité et celle de notre responsabilité à exercer le jugement.

Essentiellement, trois genres de limites caractérisent tout jugement. Il y a un domaine limité d'autorité, un nombre limité de personnes se trouvent sous cette autorité, et il y a seulement certaines actions que cette autorité est habilitée à juger. En dehors de ce champ particulier, soit avec d'autres personnes soit avec d'autres actions, il n'y a aucune autorité. Nous devons donc nous poser trois questions: dans quels domaines sommes-nous appelés à juger? Qui sommes-nous autorisés à juger? Et pour quelles actions pouvons-nous juger? L'étendue de notre autorité à juger n'est pas claire tant que nous n'avons pas répondu à ces trois questions.

Avant de discuter de l'étendue de notre autorité à juger, permettez-moi d'attirer votre attention sur ce que nous ne sommes jamais appelés à juger: nous ne sommes jamais responsables de l'évaluation finale du caractère ou de la conduite d'une personne, y compris de nous-mêmes. Certains chrétiens pensent qu'ils doivent estimer qui ira au ciel et qui va aller en enfer. Ce n'est vraiment pas du tout notre problème, il nous faut laisser cela entièrement à Dieu.

Pourquoi le Seigneur est-il le seul à pouvoir juger dans ce domaine? Parce que personne d'autre ne connaît tous les secrets et les motivations du cœur des hommes. Nous ne pouvons juger correctement ou équitablement, donc il ne nous est jamais demandé de juger ou de faire une évaluation finale de la valeur absolue d'une personne, pas même de la nôtre.

Cette question de ne pas juger du destin final d'une personne étant réglée, retournons à notre point concernant l'étendue de notre autorité à juger. Où, qui et quel domaine avons-nous la responsabilité de juger?

Nous juger nous-mêmes.

La première réponse à cette question est la suivante: Nous sommes responsables de nous juger nous-mêmes. Si nous ne sommes pas appelés à faire une évaluation finale, pas même de nous-mêmes, il nous faut pourtant juger notre conduite d'après les normes de la parole de Dieu. Il me semble que dans son essence, tout jugement que nous sommes tenus de porter doit être un jugement de la conduite et non l'évaluation absolue de la valeur d'une personne. Dans 1 Corinthiens, chapitre 11, nous lisons à propos de ce type de jugement sur nous-mêmes:

"Que chacun donc s'examine lui-même, et qu'il mange du pain et boive de la coupe; car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même. C'est pour cela qu'il y a parmi vous beaucoup de malades et d'infirmes, et qu'un assez grand nombre sont décédés. Si donc nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. Mais par ses jugements, le Seigneur nous corrige, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde" (versets 28-32).

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article

Repost0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 10:16

P1010556  

Essentiellement, le lien entre l'action de juger et celui de gouverner tient à quatre facteurs indissociables: 1 - la responsabilité, 2 - l'autorité, 3 - le jugement et 4 - les comptes à rendre. Ce qui suit nous montre comment ces quatre principes œuvrent en corrélation.

Premièrement, là où nous avons de la responsabilité, il nous faut de l'autorité, sinon, nous ne pourrons nous acquitter de notre responsabilité. Si vous donnez à votre fille aînée la tâche de veiller sur les plus jeunes enfants, alors il faut lui donner aussi suffisamment d'autorité pour accomplir cette tâche.

A l'opposé, si une personne a de l'autorité sans être responsable, cette personne devient un despote. Cette situation est bien évidemment typique de nombreux gouvernements actuels. La responsabilité sans autorité ne peut être efficace, mais l'autorité sans responsabilité est despotique, il faut les deux.

Comme nous l'avons vu, là où nous avons la responsabilité de gouverner, nous sommes dans l'obligation de juger; l'action de juger fait partie de l'autorité et de la responsabilité de l'action de gouverner. Celui qui gouverne doit juger là où il gouverne. Il nous faut pourtant aussi tenir compte des deux autres aspects: là où nous jugeons, nous serons jugés par le Juge suprême; en d'autres mots, tous les juges devront finalement rendre compte au Juge de toute la terre. Une illustration se trouve dans Hébreux 13:17: "Obéissez à vos conducteurs et soyez-leur soumis. Car ils veillent au bien de vos âmes, dont ils devront rendre compte". Parce que ceux qui nous gouvernent ont la responsabilité de nos âmes, il leur faut avoir de l'autorité avec la responsabilité, sinon, ils exercent celle-ci en vain. Ainsi, il nous est dit d'obéir à ceux qui ont la responsabilité de nos âmes. Dans la mesure où ils ont une responsabilité dans laquelle ils exercent de l'autorité, ils auront aussi à faire acte de jugement; et, puisqu'ils sont juges, ils auront un jour à rendre compte de leurs jugements. Les quatre aspects du fait de juger et de gouverner trouvés dans ce verset sont donc: la responsabilité, l'autorité, le jugement et les comptes à rendre.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article

Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 02:27

les-photos 6915  

Juger ou ne pas juger ?

Juger est une question d'importance primordiale dans la Bible, pourtant c'est un sujet plutôt difficile à comprendre. De très nombreux chrétiens agissent souvent (soit par ignorance, soit par désobéissance) contrairement à l'enseignement des Ecritures dans ce domaine. La confusion vient du fait que certains passages des Ecritures nous avertissent de ne pas juger, tandis que d'autres nous disent de juger. Dans cet article, nous examinerons ce paradoxe biblique apparent à propos du jugement et nous ferons ressortir un principe qui nous aidera, dans une situation donnée, à discerner s'il faut ou non juger. A la lumière de ce principe, nous identifierons quelques cas où nous avons la responsabilité de juger et d'autres où nous ne l'avons pas.

Le paradoxe biblique du jugement.

Dans le sermon sur la montagne, Jésus dit à la foule:

"Ne jugez pas, afin de ne pas être jugés. C'est du jugement dont vous jugez qu'on vous jugera, de la mesure dont vous mesurez qu'on vous mesurera" (Mat. 7:1-5).

Voici ce que Jésus déclare ici de façon claire: "Ne jugez pas, car si vous le faites, le jugement dont vous jugez vous sera rendu".

Mais nous trouvons aussi des passages qui nous disent que nous sommes dans l'obligation de juger. Dans Jean 7:24, Jésus, se référant au fait qu'il affirme être le Messie dit: "Ne jugez pas selon l'apparence, mais jugez selon la justice". Il nous enseigne donc ici à juger selon la justice et la sainteté. Ainsi, nous voyons que tandis que certains passages des Ecritures nous avertissent de ne pas juger, d'autres au contraire nous exhortent tout spécialement à le faire.

Juger et gouverner.

Comment devons-nous comprendre ce paradoxe? Je crois qu'il y a un principe fondamental qui résout l'apparente contradiction. Ce principe est le suivant: Le jugement est une fonction nécessaire au gouvernement. Dans les Ecritures, l'action de juger n'est jamais séparée de l'action de gouverner. L'unité de ces deux fonctions a son origine dans la nature même de Dieu, elle est transmise de Dieu aux hommes. Genèse 18:25 nous déclare que Dieu, qui gouverne toute la terre, en est aussi le juge. Il ne nous faut jamais séparer l'action de juger et celle de gouverner car elles vont de pair. C'est ce principe qui nous aidera à comprendre quand il nous faut juger, et quand nous ne devons pas le faire.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article

Repost0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 09:42

00500.jpg  

Cher ami(e),

Les chrétiens charismatiques et évangéliques aiment à citer les paroles de Jésus dans Jean 14:6:

"Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

Cependant, je crois que beaucoup d'entre nous ont seulement saisi la première partie de ce verset. Un chemin n'a de sens que s'il mène à une destination. Jésus est le chemin, mais le Père est la destination.

Dans sa prière sacerdotale dans Jean 17:6, Jésus dit au Père:

Le peuple juif connaissait le nom de YEHOWAH ou YAHWE depuis quatorze siècles. Le nom que Jésus leur manifestait à présent est répété six fois dans sa prière. Ce nom est PERE.

Que signifie exactement "Jésus a manifesté ce nom aux disciples"? C'est alors qu'ils l'observaient vivre sa vie au milieu d'eux en tant que Fils de Dieu, que les disciples purent commencer à comprendre la signification d'une relation personnelle avec Dieu en tant que Père. Cela n'avait jamais été révélé ouvertement au peuple juif sous l'Ancienne Alliance. Jésus leur affirma que lui seul pouvait révéler le Père:

De même Jean dit: "Personne n'a jamais vu Dieu; Dieu, le Fils unique, qui est dans le sein du Père, lui, l'a fait connaître." (Jean 1:18) Pour recevoir la révélation du Père, chacun de nous dépend de la grâce qui nous est donnée uniquement au travers de Jésus.

L'auteur de l'épître aux Hébreux établit la différence entre le message des prophètes de l'Ancien Testament et celui de Jésus dans Hébreux 1:1-2:

Littéralement, le grec ne dit pas "par son Fils", mais "par un Fils". Le message de Dieu dans le Nouveau Testament différa de l'Ancien Testament non seulement par son contenu, mais aussi par le messager qui l'apportait. Dans l'Ancien Testament, Dieu parlait par les prophètes. Dans le Nouveau Testament, il le fait par un Fils. Seul Jésus, en tant que Fils, pouvait révéler Dieu en tant que Père.

Immédiatement, sans que j'eusse à réfléchir consciemment, je sus que je pouvais appeler Dieu MON Père. J'avais utilisé l'expression "notre Père" durant plus de cinquante années. Du point de vue doctrinal, cette vérité était claire pour moi. J'avais d'ailleurs donné une prédication en trois messages sur le thème "Connaître Dieu en tant que Père", mais ce que je venais de recevoir en cet instant était une révélation directe et personnelle.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article

Repost0
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 10:29

NTOMA16.10.1010 

NE DITES PAS «TAIS-TOI», A CELLE DONT DIEU A DIT «PARLE»

Les femmes peuvent-elles precher la bonne nouvelle dans nos ensemblés?
Certement oui ,elle doivent le faire…car la promesse de Joel est pour des fils et aussi des filles…« Joel 2:28).

Ainsi la pensé; « Ne dites pas Tais-toi á celle dont Dieu dit Parle!»

Ou Croyez vous être plus evangeliques que Jesus qui n’a pas blamé la samaritaine d’avoir evangeliser sa ville? « Jean 4:16,28-30» et qui sans hésitation, envoya Marie de Magdala anoncer ses paroles a ses frères(Jeaan 20:17-18) et c’est cette femme qui informa Pierre et Jean que le tombeau de Jesus était vide(Jean 20:1-2)?

Ou pensez-vous encore être des hommes de Dieu plus qu’Apollos qui ne refusa pas qu’une femme en compagnie de son époux puisse l’exposer exactement la voie de Dieu(Actes 18:26)?

Ou bien meilleurs que Paul qui a d’une manière impressionante réconue sous sa plume les femmes qui ont activement pris une place dans l’église apostolique(Fil 4:2-3; Rom. 16:1-15; 1Cor. 11:5, Actes 21:8-9)

Ou encore plus conservateurs que les hébreux(le peuple de Dieu) qui n’ont pas resufer aux femmes d’exercer leurs activités dans des divers domaines oú elles se montraient être capables «Myriam ou Marie(Exo. 15:20-21), Débora(Juges 4:4), Hulda(2Rois 22:14), Noadia(Néh. 6:14), Ana(Luc 2:36)»

Et que dire de ces versets bibliques 1 Cor 14:33-35 et 1 Tim 2:12?

Dans 1 Cor. 14:33-35, l’interdiction de parler visait des interuptions intepestives, car les femmes grecques étaient parfois peu instruites, et risquaient donc de comprendre avec peine ce qui était dit dans l’ensemblé. Paul leur recomende de s’informer chez elles auprès de leurs maris, plutôt que de poser des questions á brule point en interropant l’orateur.

Et

Dans 1Tim 2:12, l’interdiction d’ensegner visait une emancipation qui detacherai la femme de l’autorité de son mari. Car pour la femme qui avec maturité est consciente de sa feminité…nous n’avons pas a l’interdir de faire ce que Dieu lui recomande…!

NE DITES PAS «TAIS-TOI», A CELLE DONT DIEU A DIT «PARLE»

Avec tout mon amour pour vous!

LUTAMBI LUTONADIO AGEU


Partager cet article

Repost0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 21:42

combattant_heros3.jpg  J' ENTENDS UN BRUIT QUI ANNONCE LA PLUIE

                          I ROIS 18:41-46


 

Très chers amis, bien aimés dans le seigneur, Shaloom, au nom de Jésus-Christ !

Bénis soit l’eternel Dieu qui, par le biais du Saint-Esprit vient de nous inspirer cet homme de foi et de prière du nom d’Elie.
Certes, le récit de 1 Rois 18 nous édifie fortement sur la pluie après la sécheresse.
Cependant, le roi Achab, endoctriné par son épouse Jézabel (fille du roi des Sidoniens) entrainera tout Israël à se prosterner et à adorer Baal, qui était considérée comme une divinité de fécondité et de pluie.
Elie, le prophète du Dieu vivant n’acceptera pas ce sacrilège, fermera la pluie et, la sécheresse envahit le pays pendant trois ans et six mois (Jacques 5 : 17-18).

L’incapacité et l’impuissance totale de Baal sera démontrée carte sur table, tout Israël s’écria : «  c’est l’Eternel qui est Dieu, c’est l’Eternel qui est Dieu ! » 1 Rois 18 : 35.
Elie, le prophète du Dieu vivant fera égorger les 450 prophètes de Baal et d’Astarté (1 Rois 18 : 40).

C’est alors qu’il dira au roi d’Achab de monter, de manger et de boire car « il se fait un bruit qui annonce la pluie » 1 Rois 18 : 41.
Soulignons par ailleurs, que quand Elie prononçait cette parole, apparemment il n’y avait encore rien. Mais par sa détermination, foi et instance à la prière un petit nuage s’élèvera de la mer, le ciel s’obscurcit et la pluie tomba. 1 Rois 18 : 42-45.

.............................................................................

Très chers amis, voulez-vous vivre de grandes choses et aller très loin dans la vie ? soyez homme et femme de foi, déterminé et ne jamais lâcher car, un gagnant ne lâche jamais et, un lâche ne gagne jamais ! Oui bien aimé, rien n’est impossible à Dieu (Luc 1 : 37) et, tout est possible à celui qui croit (Marc 9 : 23).

Aussi, Elie était un homme de même nature que nous. Croyez-le cher ami, vous aussi vous avez cette capacité de lier, ou délier sur la terre cela s’accomplira (Mat 18 : 18) ; question seulement que vous ayez la foi et ne doutez point (Marc 11 :22-23).

Pour clore, la pluie est synonyme de bénédictions. Mon souhait le plus ardent est que l’Eternel vous ouvre les écluses de cieux afin que la pluie descende dans chaque domaine de votre vie, au nom puissant de Jésus-Christ, Amen !

Votre serviteur dans les chaines, l’Archevêque Kutino Fernando.

A très bientôt !

 

Partager cet article

Repost0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 09:21

DSC01021 

Faire trembler la terre.



Je suis sûr que nous ne pouvons pas totalement saisir la portée de ce que la prière peut faire. C’est quelque chose que nous comprendrons entièrement quand nous serons dans l’éternité. Et quand nous serons dans l’éternité, je me demande si certains d’entre nous ne regretteront pas de ne pas avoir passé plus de temps dans la prière quand ils étaient sur terre. Quand je pense à la signification de la prière, il y a un passage bien précis qui me frappe dans la Bible. Dans Apocalypse 8 :1-5, Jean décrit une scène dans les cieux, dans laquelle l’agneau ouvre les sept sceaux du livre :

Quand il ouvrit le septième sceau, il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure.

Je vis les sept anges qui se tiennent devant Dieu, et sept trompettes leur furent données.

Et un autre ange vint se placer sur l’autel ; il tenait un encensoir d’or. On lui donna beaucoup de parfums pour les offrir, avec les prières de tous les saints, sur l’autel d’or devant le trône.

La fumée des parfums monta, avec les prières des saints, de la main de l’ange devant Dieu.

L’ange prit l’encensoir, le remplit du feu de l’autel et le jeta sur la terre ; il y eut des tonnerres, des voix et des éclairs et un tremblement de terre. (La Colombe).

Il y a beaucoup de façons d’interpréter ce passage, mais voici comment je le comprends :

Premièrement, pourquoi y a-t-il eu le silence dans le ciel ? Personnellement, je pense qu’il y a eu le silence, parce que ceux qui sont dans le ciel attendaient d’entendre les prières des saints de Dieu sur la terre. Cela me réconforte de penser que lorsque les saints de Dieu sur la terre prient avec sérieux, le ciel devient silencieux pour entendre leurs prières.

Ensuite nous lisons que les prières devaient être offertes à Dieu, mélangées à de l’encens. Pour moi, l’encens est toujours le symbole de l’adoration. Je crois que si nous voulons que nos prières montent vers Dieu et qu’elles soient acceptables, nous devons les mélanger avec "beaucoup d’encens", c'est à dire avec de l’adoration.

Une fois les prières montées vers Dieu, l’ange prit l’encensoir qui était dans sa main, le remplit de charbons brûlants de l’autel et les jeta sur la terre. La réaction sur la terre fut un grondement de tonnerre, des voix, des éclairs et des tremblements de terre. Pour moi, c’est ce qui se passe quand le peuple de Dieu prie : sa prière monte devant Dieu qui répond, pour ainsi dire, en prenant les charbons des prières et en les jetant sur la terre. Il est certain que cela change les choses sur terre !

Quelquefois, la réaction à nos prières n’est ni douce ni paisible, mais plutôt catastrophique. C’est pour cette raison que nous devons comprendre que de telles secousses sont une des réponses de Dieu aux prières de son peuple. Je pense que beaucoup de perturbations sur la terre de nos jours sont causées par les prières du peuple de Dieu. Dieu secoue beaucoup de choses auxquelles il s'oppose. Il secoue des systèmes politiques, économiques, des dynasties et des nations.

Alors que le peuple de Dieu prie, les charbons de ses prières, mélangés à l’encens de l’adoration, sont jetés sur la terre pour opérer les changements pour lesquels nous prions. Si nous pouvons fixer dans nos mémoires cette image de la réponse de Dieu à nos prières, je pense que nous serons encouragés à rechercher sa face quotidiennement et à prier sérieusement pour que sa volonté se fasse sur la terre.

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article

Repost0
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 14:31

431   - MATTHIEU 18:18-19

Apprendre à se maîtriser.


Il y a deux traits de caractère qui sont soulignés dans la parole de Dieu : la maîtrise de soi et la persévérance. Quand nous prenons une liste dans le Nouveau Testament dans laquelle il est question d’étapes pour progresser spirituellement, nous y trouvons presque toujours ces deux qualités. Je pense qu’elles y sont parce que sans elles, nous ne pouvons pas progresser. Si nous n’apprenons pas à nous contrôler, (je parle plutôt des comportements de notre âme que des désirs de notre corps), si nous n’apprenons pas à résister à la dépression ou à l’irritation, alors le diable pourra toujours nous arrêter. Une des caractéristiques les plus évidentes chez les adolescents est qu’ils se laissent souvent complètement dominer par leurs humeurs. Tant qu’une personne ne contrôle pas ses émotions, elle est immature, elle est encore un adolescent spirituel. Si nous ne pouvons pas contrôler nos humeurs et nos désirs, nous ne pourrons pas persévérer, et nous abandonnerons le combat au moment le plus crucial.

Ce principe est surtout vrai dans la prière. Je pense que si nous pouvions voir les royaumes invisibles quand nous nous accordons dans la prière et que nous prions selon la volonté de Dieu à propos d’un sujet de grande importance spirituelle, nous verrions que nous plongeons les forces de Satan dans la consternation. Nous verrions que ces puissances sont en fait terrifiées et que leur réaction est de dire : "Arrêtez ces gens dans leurs prières sinon notre royaume va subir une défaite mémorable!". Nous devons donc apprendre comment persévérer dans ces moments, quand l’ennemi nous trouble physiquement et mentalement. Car ces moments-là sont parmi les plus critiques de notre prière. Quand ces pressions nous assaillent, elles sont presque toujours une indication que nous faisons une prière qui a de l’importance. Nous menaçons le royaume de Satan et ce harcèlement est un de ses moyens favoris pour nous arrêter.

Il nous arrive de penser que nous avons une foi extraordinaire; nous sommes alors tellement fiers de notre force et de nos "muscles de la foi" qu'il y a de fortes chances que nous n’accomplissions pas grand chose dans ces moments-là. Je me demande si la vraie foi est alors mise en action, car la Bible dit qu’une foi authentique est toujours accompagnée d'une humilité authentique. A d’autres moments nous pouvons nous faire la réflexion suivante : "Je ne sais pas comment je tiens le coup, tout ce qui me reste c’est mon engagement à faire cette prière." Quand nous en arrivons à ce point et que malgré tout nous continuons à prier, nous faisons preuve d’une foi authentique.

Le diable peut nous affliger de maux physiques, nous nous disons alors :"Bon, je ne peux pas prier pour RDCongo plus longtemps, il faut que je prie pour mon mal de ventre." Mais ne vous laissez pas piéger ! Nous pouvons prier pour notre mal de ventre, mais nous ne devrions pas nous arrêter de prier pour RDCongo, si c’est ce que Dieu nous a mis à coeur. Je ne connais pas de plus grand test de caractère que la prière parce que la personne qui persévère dans la prière est une personne qui a vraiment de la trempe. Si nous n’avons pas appris la discipline, la persévérance et la fidélité dans la prière, nous devons nous rendre compte que quelque part, il y a une faiblesse dans notre caractère. Peut-être qu’une grande partie des difficultés que Dieu nous fait traverser est justement sa façon à lui de faire ressortir cette faiblesse pour que nous puissions la confronter.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article

Repost0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 17:27

453   - MATTHIEU 18:18-19 

 

Que faire pour ne pas se laisser distraire ?


Une autre question souvent soulevée est comment ne pas se laisser distraire dans la prière systématique et disciplinée. J’ai quelques suggestions à faire sur ce point. Premièrement, une des distractions les plus importantes de la vie moderne est le téléphone. Si nous n’apprenons pas à gérer le téléphone et ses interruptions, je crains fort que notre vie de prière reste limitée.

Un deuxième type de distractions sont les pensées qui vagabondent. Je pense que nous sommes tous plus ou moins confrontés à ce problème à un moment donné ou un autre. Nous voulons prier pour la tante Mireille, mais nous sommes en train de nous demander ce que notre femme va préparer pour le dîner. Et c’est ainsi que la tante Mireille ne bénéficie pas des prières dont elle a tant besoin.

Je pense que la liste de prière est une merveilleuse aide dans le cas présent parce qu’elle est objective. Si nos pensées commencent à s'égarer, nous pouvons toujours revenir à la liste de prière.

Un troisième type de distractions que nous devons considérer est ce que j’appelle le harcèlement spirituel. Il arrive que des humeurs de dépression s'emparent de nous, ou que des paroles de l'ennemi bombardent notre cerveau. Certains doutes peuvent envahir nos pensées, comme: "A quoi sert de prier?, ça ne mène à rien de toute façon." Une des choses que nous devons donc faire, c’est de reconnaître la voix du diable dans ces doutes. Quand le diable assaille nos pensées avec cette idée que "ça ne mène à rien", il y a de fortes chances pour que nous n’ayons jamais été si près du but. Le diable sait cela, et il sait aussi que s’il ne nous arrête pas immédiatement à ce point, nous allons gagner cette bataille. C’est pourquoi il envoie des esprits de découragement nous raconter toutes sortes de mensonges. C’est pour cette raison que nous devons apprendre à persévérer.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article

Repost0

L'apotre De Reveil Lg. Peniel

  • : Le blog de APOTRE DE REVEIL L.G.PENIEL
  • : C'EST UN CADRE DES REFLEXIONS OU NOUS PARLONS DU PATRIOTISME ET DU CHRISTIANISME,L'EVANGILE ET LA POLITIQUE,DES MESSAGES TRES CONSTRUCTIFS QUI NOUS POUSSENT A CHANGER NOS VISIONS.
  • Contact

Les Reflexions Edifiantes