Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 14:16
00496.jpgLe verset 10 de l’Apocalypse 3, déclare que : Je te garderai à l’heure de tentation ce qui signifie tout simplement qu’au moment de la grande tribulation à laquelle l’église ne prendra part quand elle sera élevée. Voilà pour quoi les vierges sages entrèrent et que les vierges folles ratèrent. Quand bien même qu’elles allèrent chercher de l’huile. Mais la question que nous nous posons, quelle type d’huile ?

 NB : Toutes les dix avaient des lampes, et comme c’est un langage biblique l’on peut affirmer qu’il était difficile de distinguer les vierges et les lampes évoquent la confession de foi, bien qu’elles avaient toutes la foi, mais  celle de vierges sages est restée une foi persévérante. Ce qui veut dire en d’autres termes que l’on ne peut pas prétendre avoir la foi mais sans la parole de la persévérance.
Hébreux 10.37-39

Les vierges sages avaient la foi qui sauve leur  âme et elles ont persévéré en gardant la foi en toute la parole de Elohim ; c'est pourquoi nous, nous sommes de ceux qui gardent la foi pour sauver leur âme.
Jacques 2 :14-21  seule la lampe ne suffit pas mais les œuvres aussi ; Ce qui veut dire que les vierges folles avaient des lampes sans les œuvres. Le verset 19, dit même les démons croient aussi qu il y a un seul Dieu et ils tremblent, par là ; plusieurs partagent une foi commune avec les démons.
Abraham fut justifié par les œuvres et la foi fut rendue parfaite. Nos pères ne crurent pas seulement mais les œuvres accompagnèrent sa foi de sorte qu il quitta sa patrie ; Bref l‘homme est aussi justifié à cause des œuvres et non par la  foi seulement.

Les vierges folles  avaient des lampes mais pas de l’huile or l’huile n’est rien d’autre le Saint Esprit  la vraie qui ne peut aller au-delà de la parole ni en dehors des écritures ; c’est à dire les femmes n’avaient pas le Saint Esprit mais il était dans les vases ou  encore les vierges sages
Et elles ne proclament que la gloire de leur époux Jn 16 : 14-15 ; et cela en combattant le bon combat tout en  gardant une bonne conscience. Car combien ne prêchent –ils pas la parole avec une conscience souillée ?  

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL
Partager cet article
Repost0
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 12:36
00500.jpg

Après cette mise au point, nous insistons pour dire que ces dix vierges représentent deux types de femmes ou deux types d’églises. Qui  au fur et à mesure d’attendre elles s’assoupirent  et s’endormirent attention bien aimés dans le Seigneur que cette période d’attente était réellement une si longue période d’attente de sorte que lassées de l’attente elles s’endormirent.

Bien aimés dans le Seigneur, nous voulons faire appel à votre conscience, de sorte que vous ne soyez pas surpris mais que chacun de vous soit responsable de sa vie, oh pour tous ceux là qui cherchent les choses de ce monde, le visa, le mariage etc. nous leur proposons la véritable voie qui conduit vers le royaume. Le verset 5 nous montre que pendant leur sommeil seul les lampes étaient restées allumées et comme nous l’avons dit précédemment, les vierges sages représentent la vraie église, voyons un peu comment est ce que le Seigneur aperçoit cette église ;

Apocalypse 3. 7-10

L’église de Philadelphie parmi les 7 de l’Asie mineure est l’image de la véritable église qui sera enlevée parce qu’elle a gardé la parole bien qu’ayant peu de puissance ou des hommes influant, des milliers de fidèles, de bien matériel etc.

Mais parce qu’elle n’a pas renié son nom c’est à dire le véritable YeHo'SH'WaH Ha' MaHSHYaH et qui a mis devant elle une porte ouverte que personne ne peut fermer, bien aimés dans le Seigneur nous ouvrons une petite parenthèse pour dire que si Elohim ouvre ou bénit personne ne peut s’y opposer mais le comble est que  l’ignorance tue le peuple à cause des difficultés, des problèmes qui nous arrivent et qui relève sa Souveraineté, pour nous former  dans ses chemins de la foi nous pensons souvent qu’il n’est pas avec nous.

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 01:17
ANNIVERSAIRE-ET-MECC.CAMP-DE-GUILGAL-OSLO-NORVEGE-006.jpg

Bien aimes dans le Seigneur, nous vous saluons une fois de plus par Shaloom.
Dans le cadre de notre message de la semaine ; nous mettons à votre disposition  une exhortation combien riche en révélation. la bible déclare que : aussi longtemps que l on peut dire aujourd’hui nous devons nous exhorter à faire le bien car le demain ne nous appartiens pas mais le comble est que bon nombre des croyant pense qu ils ont toujours du temps.


Les disciples du Seigneur marchant avec lui ne cessaient de lui interroger mais surtout en ce qui concernais son avènement voilà la raison d’être de la parabole de dix vierges
Matthieu 25.1-10 alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui ayant pris leurs lampes allèrent à la rencontre de l’époux.


Notons bien aimés dans le Seigneur, toutes prirent des lampes car telle était la condition pour rencontrer l’époux mais il fallait aussi avoir de l’huile dans sa lampe ; les cinq d’entre elles étaient sages et cinq autres folles sans oublier qu il y avait un point de démarcation entre les vierges dès le moment de leur départ.

Bien aimés, nous devons savoir que cette parabole s’applique essentiellement à la période qui précédera et qui accompagnera la venue de Ha MaHshYaH sur terre et en cela nous voulons apporter quelques éclaircissements en ce qui concerne le retour de Ha MaHshYaH et sa venue. En ce sens que  le retour : cet évènement aura lieu sur la montagne des oliviers quand Ha MaHSHYaH, reviendra avec ses saints et ce signe concerne Israël. En revanche, l’avènement touche beaucoup plus l’église qui ira à la rencontre et l’époux dans les airs.


APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 11:58
APOTRE-PHOTOS-003.jpg

4 - POURQUOI FAIRE UNE OFFRANDE A DIEU ? 

Cette question m'intéresse beaucoup, car c'est là qu'il y a beaucoup d'incompréhension. Plusieurs pensent que faire une offrande à Dieu est comme investir son argent ou son bien dans une banque afin d'être remboursés avec intérêt. Notre Dieu est devenu une banque pour fructifier l'argent ou un marabout pour profiter des bénédictions. Ce qui pousse plusieurs à donner par ingratitude et aussi par cupidité et non par amour, par reconnaissance, par obéissance.
Je sais que certains hommes de Dieu cupides enseignent à leurs fidèles de donner pour que Dieu puisse les bénir en retour et surtout de donner plus ; ce qui nous permet de voir des églises qui dépouillent stratégiquement leurs fidèles pour les intérêts des hommes de Dieu et non de Dieu. 
Frères et sœurs, nous donnons à Dieu parce que nous l'aimons, nous voulons que son évangile avance ici bas, parce que nous sommes reconnaissants pour tous ses biens-faits dans nos vies etc…mais sans forcement espérer que Dieu nous le rembourse obligatoirement. Si c'est dans cet esprit que nous le faisons, ben le Seigneur nous donnera ce que nous lui avons donné, car Il ne doit à personne ; et nous ne seront pas bénis comme il le faut. Dieu prend beaucoup plaisir à la vie de ceux qui l'aiment vraiment et non à la vie de ceux qui ne voient qu'en Lui un moyen de prospérer, de gagner sa vie ou un moyen d'avoir un bon charlatan et un divin.


5 – COMMENT OFFRIR A DIEU ? 

Préparer son offrande bien avant  : La majorité des chrétiens n'ont seulement que les moments d'offrandes à l'église pour donner à Dieu, à part ces moments, ils n'offrent jamais rien à Dieu. 
C'est pendant ces temps d'offrandes à l'église, qu'on ouvre son portefeuille ou son sac à main pour décider quoi donner à Dieu. 
Il est important de prendre le temps de préparer son offrande avant même de venir à l'église, il faut que notre offrande soit faite avec tout un sérieux et une considération accordée au Dieu que nous prions. Notre Dieu n'est pas un mendiant à qui on donne sans considération. Prenons avec considération l'action de donner à Dieu, si nous voulons que notre Dieu prenne plaisir à notre offrande. 

Donner volontairement : Toujours pendant les temps d'offrande, on s'est tous une fois levé pour aller donner par suivisme, afin qu'on ne nous remarque dans l'église ou qu'on voit que nous n'avons pas donné. Pour qui donnez-vous vos offrandes ? Pour Dieu ou pour les hommes ? Si nous n'avons rien prévu pour Dieu, restons assis que d'aller donner des offrandes qui ne viennent pas du cœur. 
Le peuple se réjouit de leurs offrandes volontaires, car c'était avec un coeur bien disposé qu'ils les faisaient à l'Eternel; et le roi David en eut aussi une grande joie. 1 Chroniques 29:9

Une offrande conséquente ou de qualité  : Car c'est de leur superflu que tous ceux-là ont mis des offrandes dans le tronc, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu'elle avait pour vivre. Luc 21:4.Plusieurs de nous donnent le superflu à Dieu, rares sont ceux qui donnent des offrandes qui saignent leurs cœurs, des offrandes de foi. On met des pièces d'argent, des choses dont nous n'avons plus besoin, comme si on donnait à un mendiant. Apprenons à donner à Dieu des offrandes de qualité dans un esprit de toucher son cœur et non dans un esprit de donner de manière religieuse. Notre Dieu n'aime pas cela, il prend plus plaisir aux offrandes de qualité, pas forcement la valeur de ce qu'on offre, mais la qualité ! en fonction de ce que nous pouvons offrir : Exemple de la pauvre veuve qui avait offrit deux petites pièces comme offrandes, ces pièces étaient tout ce qu'elle avait Luc 21 . 

Une offrande agréable à Dieu : La Bible nous dit que notre Dieu ne regarde pas à l'apparence, mais qu'il regarde au cœur. Sachez aussi que pendant que nous faisons nos offrandes, notre Dieu regarde l'état de notre cœur afin d'agréer ou pas l'offrande. Nous venons donner avec des cœurs remplis de haine, de rancœur, d'orgueil, de jalousie etc… 
Lorsqu'on prêche sur l'offrande, on précise rarement aux fidèles de d'abord faire la paix avec Dieu et avec autrui avant de poser sur l'autel ce qu'ils ont apporté. C'est une chose très importante; l'esprit qui nous anime pendant que nous offrons est à considérer. Si nous savons que nous sommes en froid avec quelqu'un, vaut mieux ne pas donner et chercher plutôt la réconciliation avant toute chose. Si donc tu présentes ton offrande à l'autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande Matthieu 5:23 .

Une offrande purifiée  : Pour parler de cela, j'aimerais avertir ceux qui donnent à Dieu des choses qu'ils ont volé ou détourné. Oui, plusieurs le font. Ils escroquent, volent ou détournent et ils viennent mettre une partie de leur butin dans la corbeille des offrandes. Pour parler des femmes, certaines se font entretenir par des hommes qui ne sont pas leurs maris et elles viennent donner à Dieu une partie de ce qu'elles ont gagné en se pervertissant. 
Qui pensez-vous tromper ? Dieu ? Sachez que vous vous trompez vous-mêmes en vous condamnant par ses offrandes de mauvaise odeur. 

CONCLUSION 

Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis. Luc 6:38. 
Celui qui donne convenablement à Dieu sera forcement béni et au delà de ce qu'il pourrait imaginer. Notre Dieu est fidèle à sa parole et il aime qu'on lui donne avec amour et joie et aussi avec envie. 


Donnons à Dieu des offrandes agréables !


APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 15:05
DSC00057.JPG

C) Dans sa gestion du temps il était discipliné.

Parler de discipline c’est parler de deux sortes de choses : celles que l’on doit obligatoirement faire et que l’on s’impose, et celles qu’obligatoirement l’on ne doit pas faire et que l’on évite en vue d’un objectif que l’on veut atteindre. La discipline a toujours des conséquences, notre côté naturel ne l’aime pas. Deuxièmement, ceux et celles qui ne connaissent pas l’importance de la discipline, la trouvent dérangeante, et même trouvent les disciplinés d’orgueilleux. Troisièmement, la discipline rapporte toujours à celui ou à celle qui l’applique dans sa vie. Dans la vie de ceux qui ont réussi, on y voit toujours en filigrane la discipline. Et discipline veut dire quelque fois routine, faire les mêmes choses. Quelqu’un a dit : « Derrière le succès, il y a la routine », faire les mêmes choses de la même manière. On n’est pas efficace par hasard. La discipline est l’un des éléments qui contribuent au succès. La discipline rapporte toujours. Daniel est élevé en responsabilité, son agenda est collé à celui du roi, il est parmi les six personnalités du pays, et la bible dit : « Lorsque Daniel sut que le décret était écrit, il se retira dans sa maison, où les fenêtres de la chambre supérieure étaient ouvertes dans la direction de Jérusalem ; et trois fois par jour il se mettait à genoux, il priait, et il louait son Dieu, comme il le faisait auparavant » (Daniel 6 : 10). Ces rendez-vous étaient pour lui sacrés. Dans la discipline, on fait les choses non pas parce qu’on veut mais parce qu’on doit les faire, on connait leur implication, on connait ce que ça va nous rapporter. Deuxièmement, cette obligation de faire les choses est liée à l’apport de cet exercice dans notre vie. Un prédicateur a dit : « Sur le chemin de la vie, il y a deux sortes de douleurs : premièrement la douleur due à la discipline et deuxièmement, la douleur due aux regrets. Sur la balance de la vie, les douleurs de la discipline pèsent en milligramme tandis que les douleurs des regrets pèsent en tonnes ». La discipline vous rapporte. Le succès est le fruit du travail, de l’effort, de la discipline. Comme Paul l’écrit aux Corinthiens, il leur dit : Tous ceux qui combattent s’imposent toutes espèces d’abstinence en vue d’un résultat.

Jésus-Christ connaissait l’utilisation du temps de telle sorte que quand il a retiré du temps tout ce qu’il fallait il a dit à la fin : « Tout est accompli ». Si nous voulons en peu de temps accomplir les choses qu’il a accomplies, soyons ceux qui planifient avec lui, soyons ceux qui définissent leurs priorités, soyons des hommes et des femmes disciplinés.

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 10:40
APOTRE-PHOTOS-018.jpgb) Il savait établir des priorités. Qu’est-ce donc une priorité ?
Etymologiquement priorité veut dire ce qui doit venir avant, à cause de sa valeur, de son importance. Deuxièmement, priorité veut dire ce qui a droit à être en premier à cause de l’influence qu’il peut avoir sur les autres. Dans la vie, tout n’a pas la même importance et la même valeur. C’est à nous de définir avec Dieu nos priorités dans la vie. C’est nous qui accordons la valeur aux choses, aux activités. C’est à nous d’imposer nos priorités aux autres, et n’ayons pas honte de l’impopularité, de l’incompréhension en les imposant. Le succès n’est jamais un hasard, il répond à des principes, à des lois. Sur le chemin de la vie, il arrivera toujours un moment où plusieurs activités appelleront notre participation mais c’est à nous de faire le choix. Tout n’a pas la même importance, la même valeur. C’est à nous de définir ce qui est important. La bible nous présente une drôle réaction de Christ : apparemment il arrête une activité pleine de spiritualité parce qu’il estime que la priorité pour ce temps-là, c’est autre chose. La bible dit : « Aussitôt après, il obligea ses disciples à monter dans la barque et à passer avant lui de l’autre côté, vers Bethsaïda, pendant que lui-même renverrait la foule. Quand il l’eut renvoyée, il s’en alla sur la montagne, pour prier » (Marc 6 : 45-46). La foule a faim, soif, mais Christ la renvoya puisque la priorité du moment était de rester seule et de prier. Combien de fois là où nous devons rester seuls, nous préférons rester avec la foule. Christ a envoyé ses disciples, ils ont fait un grand travail avec lui. La bible dit : « Les apôtres, s’étant rassemblés auprès de Jésus, lui racontèrent tout ce qu’ils avaient fait et tout ce qu’ils avaient enseigné. Jésus leur dit : Venez à l’écart dans un lieu désert, et reposez-vous un peu. Car il y avait beaucoup d’allants et de venants, et ils n’avaient même pas le temps de manger » (Marc 6 : 30-31). Il y a quelque temps la priorité c’était l’activité, maintenant c’est le repos. Sur le chemin de la vie c’est à vous de définir les priorités. Et Qui dit priorité dit aussi savoir dire non à certaines activités. Christ est en train d’aller quelque part, quelqu’un veut solliciter son temps. La bible dit : « Quelqu’un dit à Jésus du milieu de la foule : Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. Jésus lui répondit : O homme, qui m’a établi pour être votre juge, ou pour faire vos partages ? » (Luc 12 : 13-14) Certains ne vont pas de l’avant parce qu’ils ont difficile à dire non. Mais Jésus, ici, a dit : non. La priorité voudrait aussi que quelque fois on arrête de faire ce que l’on aime pour faire ce que l’on n’aime pas et faire ce que l’on doit faire. La bible dit : « Vers le matin, pendant qu’il faisait encore très sombre, il se leva, et sortit pour aller dans un lieu désert, où il pria » (Marc 1 : 35). Alors que les autres ont préféré dormir, il a laissé le lit parce qu’il devait s’équiper. La bible montre combien son sens des priorités l’a amené à changer même l’ordre naturel des choses. Il est dit : « En ce temps-là, Jésus se rendit sur la montagne pour prier, et il passa toute la nuit à prier Dieu » (Luc 6 : 12). Un temps pendant lequel la priorité pour les autres était le repos, mais lui, à cause des résultats qu’il voulait atteindre, il a changé l’ordre des choses. De fois si vous voulez avoir des résultats anormaux, il vous faut faire des choses anormales. De fois nous voulons avoir des résultats colossaux mais nous faisons des choses comme madame et monsieur tout le monde.


APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2009 3 09 /12 /décembre /2009 12:40

Qu’on le veuille ou non le temps passe.

Que Dieu nous aide à être conscients du temps qui passe. Christ est quelqu’un qui connaissait la valeur du temps. Il savait qu’il avait très peu de temps. Le fait de connaître qu’on a très peu de temps ou qu’on en a de manière limitée, entraîne trois conséquences que nous retrouvons déjà chez Christ mais qui doivent aussi se retrouver chez chacun de nous. Le fait que l’on sait qu’on a un temps limité nous amène premièrement à planifier, deuxièmement à classer les activités selon les priorités et troisièmement à être discipliné. C’est seulement dans cette mesure que l’on peut avoir de l’efficacité et de l’impact. Le verbe « planifier » cache trois activités principales. Planifier veut dire premièrement organiser suivant une structure déterminée. Est-ce que votre temps est organisé ? Est-ce que vous savez ce que vous allez faire ? Est-ce qu’en vous réveillant le matin vous pouvez dire : « Mon temps est organisé comme ça » ? « Mon mois est organisé comme ça » ? « Mon année est organisée comme ça » ? Deuxièmement, planifier veut dire disposer d’une manière réfléchie. Troisièmement, planifier veut dire combiner les éléments ou les choses d’un ensemble d’une certaine manière en vue d’un résultat. On n’est jamais efficace au hasard. Quelqu’un a dit : « Les résultats qu’on obtient au hasard, on ne sait pas les reproduire ». La planification suppose la connaissance mais aussi la réflexion. En lisant la parole de Dieu, nous constatons combien la réflexion y occupe une place importante. Pour certains, réflexion et spiritualité s’excluent. Et pourtant la bible dit : « Celui qui réfléchit sur les choses trouve le bonheur » (Proverbe 16 : 20). Celui qui entre à l’intérieur des choses trouve le bonheur. La bible parlant de la femme vertueuse dit : « Elle pense (réfléchit) à un champ, et elle l’acquiert » (Proverbe 31 : 16). Une autre version dit : « Elle réfléchit sur le comment acquérir un champ et finit par l’acquérir parce qu’elle l’y a réfléchi». Parlant d’Isaac, la bible dit : « Un soir qu’Isaac était sorti pour méditer dans les champs, il leva les yeux, et regarda ; et voici, des chameaux arrivaient » (Genèse 24 : 63). Non seulement il aimait la réflexion mais il avait aussi un endroit de réflexion. La bible dit : « Les pensées dans le cœur d’un homme sont des eaux profondes mais l’homme intelligent sait y puiser ». La bible nous présente Pierre réfléchissant même sur les choses spirituelles. Il venait de recevoir une vision. La bible dit : « Et comme Pierre était à réfléchir sur la vision, l’Esprit lui dit : Voici, trois hommes te demandent » (Actes 10 : 19).
L’Esprit ne vient aider que ceux qui font le premier pas.

Christ planifiait. La planification veut dire : Je sais ce que je dois faire, alors je réfléchis sur le comment le faire. Les Evangiles nous présentent un Sauveur organisé dans l’utilisation de son temps. Il a commencé son ministère, il a fait un merveilleux travail en un endroit, alors qu’il disparaît à un moment, la bible dit que tous le cherchent, mais il était tellement organisé dans son temps qu’il savait que ce qu’il devait faire là était fini et qu’il devait se mouvoir. Il dit : « Allons ailleurs, dans les bourgades voisines, afin que j’y prêche aussi ; car c’est pour cela que je suis sorti » (Marc 1 : 38). Il avait très peu de temps mais un temps organisé. Ce qu’il devait faire là était fini. Ils avaient besoin de lui mais son temps lui voulait ailleurs. Que Dieu nous apprenne à organiser notre temps, à attacher l’activité qu’il faut au temps qu’il faut pour les résultats qu’il faut. Il dit : il faut aussi. La bible nous montre combien il avait le sens de la direction dans son organisation. Il a fini de faire son travail en un endroit, la bible dit : « Ce même jour, sur le soir, Jésus leur dit : Passons sur l’autre bord » (Marc 4 : 35). La bible dit : « Lorsque le temps où il devait être enlevé du monde approcha, Jésus prit la résolution de se rendre à Jérusalem » (Luc 9 : 51). Dans l’organisation de son temps, là, ses activités étaient finies. Il avait un point focal qui l’attendait quelque part. C’est dur mais il devait y aller.

Dans l’organisation de son temps, dans sa planification, Jésus enseignait en général mais en particulier à ses disciples il enseignait des vérités cachées. Un emploi du temps organisé. Il parlait en paraboles au public mais en privé il s’ouvrait. Disponible pour ses disciples en privé pour leur dire des choses parce qu’il avait prévu cela dans son temps. Si nous voulons avoir des résultats, il nous faut savoir gérer notre temps. Et dans la gestion du temps il y a la planification.

APOTRE DE REVEIL LG.PENIEL

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 08:16
Matthieu 4 : 17 et Jean 17 : 4

Trois ans séparent ces deux versets. Trois ans durant lesquels un homme a tout fait. Il a marqué le monde de son empreinte. Il a vécu pendant trente trois ans mais trente ans dans l’ombre. Ces trois ans font qu’il y a un avant et un après lui. Il a changé le cours de l’histoire en trois ans. Au terme de son parcours sur terre, il n’a pas peur de dire : « J’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée ». Durant ces trois ans de trente à trente trois ans, il a apporté un message révolutionnaire qui a changé la vie des hommes. Il a apporté le salut dans la vie des gens ; des prostituées se sont mises à servir Dieu ; des péagers corrompus sont devenus des hommes intègres et honnêtes ; il a guéri des malades et il a libéré les captifs ; il a enseigné aux foules mais il s’est investi aussi en douze personnes qui ont continué le travail après lui. Il les a tellement impactés que même quelque temps après, de ces hommes il sera dit : « Ils ont envahi Jérusalem de sa doctrine ». Il a tellement influencé les gens en trois ans que dix ans après à plusieurs kilomètres de Jérusalem, voyant les gens qu’il a influencés, l’on dira : « Ces hommes qui ont changé le monde, qui ont bouleversé le monde sont arrivés ici ». De trente à trente-trois ans. Brève période mais impact maximal. Comment a-t-il pu en si peu de temps faire beaucoup ? Quel était son secret ? Qu’a-t-il fait que nous pouvons aussi faire pour avoir le même résultat ? Qu’est-ce qu’il connaissait que nous ne connaissons pas ou nous connaissons mal qu’il nous faut connaître pour avoir le même résultat?

Trois choses ont fait qu’il fasse la différence, et peuvent faire que nous aussi nous fassions la différence : la connaissance de la valeur du temps, l’importance de la préparation et la connaissance de ce que nous sommes.

I. LA CONNAISSANCE DE LA VALEUR DU TEMPS

a) Jésus connaissait la valeur du temps. Le temps est comme de l’argent, c’est un capital. Nous en disposons tous la même quantité. Certains le fructifie et en tire le maximum, d’autres le dilapide, le gaspille. Tout dépend de ce que nous allons faire de ce précieux capital. Christ a su la valeur du temps et il a su utiliser le temps. Il savait une chose qu’il nous faut savoir pour être efficaces et efficients. Dans sa connaissance de la valeur du temps il savait que son passage sur terre était limité, conscient qu’il avait une vision, conscient qu’il avait une mission. Mais cette vision et surtout cette mission était appelée à s’accomplir dans le temps. Il savait qu’il n’avait pas l’éternité mais une portion du temps bien définie pour accomplir des choses. Nous voyons la conscience qu’il avait de la fluidité du temps. Il dit : « Il faut que je fasse, tandis qu’il est jour, les œuvres de celui qui m’a envoyé ; la nuit vient, où personne ne peut travailler » (Jean 9 : 4). Il savait qu’il ne resterait pas éternellement et surtout pas éternellement actif. Il avait un chrono, il voyait les aiguilles s’avancer, et il se disait : « Je dois tout faire pendant ce laps de temps ». Alors qu’on lui dit qu’Hérode cherche à le tuer, à arrêter son parcours, il donne une réponse qui montre encore combien il avait conscience du temps limité. Il dit : « Allez, et dites à ce renard : Voici, je chasse les démons et je fais des guérisons aujourd’hui et demain, et le troisième jour j’aurai fini » (Luc 13 : 32). Il savait qu’il n’avait pas tous les jours mais des jours déterminés durant lesquels il était appelé à faire des choses. La version « Parole vivante » dit : « Au troisième jour, j’aurai achevé ma tâche ». Plusieurs vivent comme ils ont toute l’éternité, comme si le temps n’a pas d’influence sur la qualité de vie. Plusieurs n’ont pas la notion du temps qui passe. Moïse a fait cette belle prière : « Enseigne-nous à bien compter nos jours, afin que nous appliquions notre cœur à la sagesse » (Psaume 90 : 12). Oui, enseigne-nous à avoir conscience du temps qui passe afin que riches de cette connaissance nous vivions d’une certaine manière. David a fait aussi cette belle prière : « Eternel ! dis-moi quel est le terme de ma vie, quelle est la mesure de mes jours ; que je sache combien je suis fragile » (Psaume 39 : 5). Sous l’inspiration, Luc relate ce discours de Paul : « Or, David, après avoir en son temps servi au dessein de Dieu, est mort, a été réuni à ses pères, et a vu la corruption » (Actes 13 : 36). Une version dit : « Durant la saison qui lui a été donnée », une autre plus dynamique : « Durant le quart de temps qui lui a été donné ». Il a servi au dessein de Dieu mais il a fait durant le quart de temps qui lui a été donné.


APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 15:33

Si un conducteur charnel vous a blessé, comment apprendre à refaire confiance ?

Si vous avez été blessé par un conducteur charnel, la solution du Seigneur pour vous n’est jamais que vous vous isoliez de la communion, fraternelle. Le Seigneur veut que vous puissiez réintégrer votre assemblée ou votre groupe. Il veut vous apprendre à faire de nouveau confiance à vos conducteurs, mais avec prudence ! Voici quelques conseils pratiques qui pourront vous aider à cet égard :

  • Notre confiance n’est jamais d’abord dans des hommes, mais en Dieu. Toutefois, nous pouvons faire confiance, avec prudence, à des hommes qui sont réellement des anciens selon le cœur de Dieu. Nous devons aussi nous rappeler que même ceux à qui nous avons toujours fait confiance jusqu’ici peuvent un jour nous blesser. Tant que notre perfection spirituelle n’est pas complètement manifestée, nous restons, dans notre vie pratique, des hommes en qui la chair peut encore se manifester. Nous ne devons être ni naïfs ni aveugles, mais réalistes, indulgents et compatissants.
  • Nous devons nous-mêmes veiller à produire le fruit de l’esprit. Si nous réagissons charnellement au comportement charnel d’un ancien, cela ne fera qu’augmenter le problème ! La croix doit pénétrer profondément en nous, pour que nous ne nous préoccupions plus d’abord de nos intérêts personnels, mais que nous nous soucions en priorité des intérêts des autres. Et, en particulier, des intérêts de l’ancien qui nous a offensé ! Si nous cherchons sincèrement à lui faire du bien, comme le Seigneur nous le montrera, cela ne pourra que contribuer à la solution spirituelle du problème.
  • Nous devons apprendre à ne pas nous isoler quand nous avons été blessés. Mais nous devons apprendre à communiquer avec calme et clarté avec les anciens qui nous ont blessés, afin de tenter de leur ouvrir les yeux sur la situation réelle. Nous devons apprendre à parler ouvertement, s’il est possible, des problèmes que nous percevons, sans craindre les réactions des autres. Nous ne devons pas chercher à éviter systématiquement les conflits, ni provoquer inutilement des conflits. Mais certains conflits seront inévitables, si nous aimons la Vérité et si nous voulons être honnêtes.
  • Nous devons pardonner immédiatement, et de tout notre cœur, aux anciens qui nous ont offensés et blessés. Mais le fait de pardonner ne signifie pas nécessairement que l’on puisse aussitôt refaire confiance à ceux qui n’ont pas encore changé de comportement ! Nous devons être très prudents avant d’accorder à nouveau notre confiance. Nous devons donner du temps à ces anciens pour qu’ils se repentent, et prier pour eux. Mais il serait stupide d’accorder à nouveau entièrement notre confiance à des anciens qui n’en sont pas dignes, ou qui nous blessent et nous rejettent constamment. Nous ne pouvons pas rechercher le conseil des insensés ! Le Seigneur pourra même finir par nous dire de partir à la recherche d’un groupe ou d’une assemblée dont les anciens correspondent aux critères divins. En revanche, si nous percevons du progrès dans nos relations avec les anciens qui nous ont offensés, nous pouvons progressivement recommencer à leur faire confiance, tout en restant sur nos gardes. Nous ne pouvons faire réellement confiance qu’à ceux dont nous avons pu éprouver la fidélité et le fruit de l’esprit.
  • Si nous voulons voir ce que Dieu peut faire dans la vie d’un ancien selon Son cœur, pourquoi ne pas nous mettre nous-mêmes sur les rangs, et dire carrément au Seigneur : “Seigneur, tu cherches des ouvriers dans Ta moisson ! J’aspire à un ministère d’ancien ! Me voici pour te servir ! Fais de moi un serviteur fidèle !”

Nous comprendrons alors combien la grâce de Dieu est grande à notre égard, et nous serons sans doute mieux disposés à faire grâce nous-mêmes à ceux qui nous ont blessés !
Que Dieu vous benisse tous à assimiler cet enseignement si précieux !

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL


Partager cet article
Repost0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 14:20

Inversement, quelles sont les caractéristiques essentielles de ceux qui exercent un ministère d’ancien, mais sans en avoir reçu ni l’appel ni les qualifications ?

Nous ne mentionnerons que rapidement ici le fait que des serviteurs de Satan peuvent se déguiser en anges de lumière pour s’infiltrer au milieu des anciens de l’Eglise. Mais nous devons savoir que cela existe. Voici ce que dit l’apôtre Paul aux anciens d’Ephèse :

“Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter avec larmes chacun de vous” (Actes 20 : 29-31).

Deux choses vont donc se produire certainement, nous dit Paul. Tout d’abord, des “loups cruels,” des serviteurs de Satan, vont s’introduire au milieu des anciens. Ensuite, certains des anciens qui étaient fidèles jusque-là vont renier le Seigneur pour entraîner les disciples dans les œuvres de la chair. Et l’apôtre nous exhorte à veiller, et à nous souvenir de ses enseignements.

Le Seigneur Jésus nous a dit que nous reconnaîtrions les faux prophètes (et donc les faux anciens) à leurs fruits. Voici donc quelques exemples des mauvais fruits portés par les anciens charnels, ou par ceux qui ne sont pas de vrais serviteurs du Seigneur :

  • Ce sont des hommes qui n’ont pas reçu d’appel du Seigneur pour être anciens ou qui, s’ils l’ont reçu, l’ont abandonné, pour servir “leur ventre” et leurs intérêts personnels. Ils ne se préoccupent pas de l’intérêt supérieur de l’œuvre du Seigneur, ni de l’intérêt de Ses brebis. Ce qui les intéresse en premier lieu, c’est la poursuite de leurs ambitions personnelles, de leur “vision” et de leur programme.
  • Ce sont des hommes qui n’ont ni compris ni accepté la signification et l’importance de la croix dans leur vie. Ils aiment être au centre des préoccupations et des intérêts des autres. Ils insistent pour que les brebis soient d’abord fidèles à leur ministère, au lieu d’être fidèles au Seigneur et à Sa Parole.
  • Ce sont des hommes qui se préoccupent surtout de problèmes de pouvoir et d’autorité. Ils cherchent à dominer, à contrôler et à manipuler le troupeau, pour parvenir à leurs fins. Ils exigent une soumission et une obéissance sans discussion à leur ministère.
  • Ce sont des hommes qui aiment décider seuls de toutes les choses importantes, et qui ne délèguent que les tâches insignifiantes et sans intérêt. 
  • Ce sont des hommes qui mettent l’accent sur les performances, et qui admirent les autres surtout en fonction de leurs performances, tout en négligeant les faibles et ceux qui stagnent dans leurs difficultés. Ils admirent souvent les autres par motif d’intérêt.
  • Ce sont des hommes qui accordent soutien, considération et intérêt à ceux qui partagent leurs idées et qui les reconnaissent comme leur “leader” incontesté. Ils sont d’ailleurs souvent entourés d’une “garde rapprochée” de fidèles inconditionnels, avec lesquels ils entretiennent des relations privilégiées et partagent des choses qu’ils ne partagent pas avec le reste de l’assemblée.
  • Ce sont des hommes qui ont un double langage, et qui n’aiment pas aborder franchement les problèmes délicats avec ceux qui seraient concernés.
  • Ce sont des hommes qui manquent d’équilibre spirituel et doctrinal. Ils peuvent manifester de puissants dons spirituels, mais ces dons sont souvent utilisés pour intimider, dominer, contrôler ou manipuler les autres.
  • Ce sont des hommes qui considèrent tous ceux qui sont à l’extérieur de leur église ou de leur mouvement comme suspects ou moins dignes d’intérêt et de confiance.
  • Ce sont des hommes qui sont facilement opaques en matière de finances, et qui ont avec l’argent un rapport qui n’est ni sain ni saint.

En un mot, nous pourrions caractériser ces hommes, au mieux, comme des hommes “charnels.” Tous ceux qui se comportent ainsi ne sont pas nécessairement des serviteurs de Satan déguisés. Mais nous devons demander au Seigneur Son discernement, afin qu’Il nous révèle si cela pourrait être le cas. Ces dirigeants charnels provoquent beaucoup de blessures au milieu du peuple de Dieu et, à cause d’eux, de nombreux Chrétiens blessés ont quitté les églises et se sont isolés.

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0

L'apotre De Reveil Lg. Peniel

  • : Le blog de APOTRE DE REVEIL L.G.PENIEL
  • : C'EST UN CADRE DES REFLEXIONS OU NOUS PARLONS DU PATRIOTISME ET DU CHRISTIANISME,L'EVANGILE ET LA POLITIQUE,DES MESSAGES TRES CONSTRUCTIFS QUI NOUS POUSSENT A CHANGER NOS VISIONS.
  • Contact

Les Reflexions Edifiantes