Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 16:01
Genèse 26 : 1-5, 12-16, 24-33 et Genèse 27 : 1-4

Les fils d’alliance sont des travailleurs, ils ne passent jamais inaperçus, ils ne se découragent pas, ils n’abandonnent pas, et au bout d’un parcours exceptionnel fait de combats et de victoires, ils meurent rassasiés de jours en laissant un héritage à leurs enfants après avoir tout donné, après avoir accompli leurs rêves… Non pas à cause de leur mérite mais à cause de l’alliance.

La vie chrétienne est un voyage qui part du lieu de notre nouvelle naissance jusqu’au lieu de l’accomplissement de notre promesse. Dans ce voyage, nous sommes appelés à rencontrer de choses qui réjouissent les cœurs et celles qui font pleurer. Mais dans ce voyage, nous ne sommes pas seuls, nous sommes avec le commandant de bord : Jésus-Christ. Il est la lumière du monde. Et puisqu’il est avec nous, nous ne nous égarerons pas mais nous arriverons. Isaac est un fils d’alliance dont le parcours est à même de nous inspirer dans notre marche avec Dieu.

La bible dit qu’après la mort d’Abraham, Dieu bénit Isaac, son fils. C’est dire que Dieu avait transmis en lui la bénédiction qui était en Abraham, son père. Et ainsi, il avait commencé avec lui une nouvelle histoire. Alors qu’il y a famine dans le pays, il lui dit de ne pas descendre en Egypte mais de rester dans le pays car il sera avec lui et il le bénira à cause de l’alliance faite avec Abraham. Il confirme, à cet effet, l’alliance avec Abraham. Isaac prit au sérieux toutes ces paroles. Il resta dans le pays. La bible dit qu’il sema dans ce pays et qu’il récolta cette année le centuple, qu’il devint riche, qu’il alla s’enrichissant de plus en plus jusqu’à ce qu’il devint fort riche. Les fils d’alliance sont des travailleurs et non des paresseux. Ils ne mènent pas une vie de parasites, ils travaillent et l’alliance fait prospérer leur travail. Ils sont appelés à progresser dans leur vie, à aller de gloire en gloire. Tu es fils d’alliance, la pensée de Dieu pour toi est que, par ton travail, tu deviennes riche, fort riche.

Les habitants du pays sont devenus jaloux d’Isaac parce qu’il était devenu puissant. Oui, le roi Abimélec en personne est venu lui dire : « Va-t’en de chez nous, car tu es beaucoup plus puissant que nous » Les fils d’alliance sont appelés à être puissants. Puisque u es fils d’alliance, attends-toi à être puissant, crois en cela, aspire à cela, et tu le deviendras. Ne te demande pas comment cela se fera car c’est l’affaire de l’alliance. Oui, c’est à cause de l’alliance et non de tes mérites. Tu seras puissant dans ta famille, ton quartier, ton lieu de travail, ton pays, et dans le monde. Même le roi avait remarqué qu’Isaac avait quelque chose que lui n’avait pas. Les fils d’alliance ne passent jamais inaperçus, ils se font remarquer partout où ils sont. Puisque tu es fils d’alliance, tu peux expérimenter ce qui est arrivé à Isaac.

Isaac a été chassé de là où il était. Ce n’est pas pour autant qu’il s’était découragé. Il a continué à marcher, il arriva quelque part où il creusa un puits auquel il donna le nom d’Esek et pour lequel on lui chercha querelle. Il ne s’était pas arrêté là. Il a continué son chemin jusqu’à Esek. Là encore on lui chercha querelle. Il partit de là jusqu’à Rehoboth. Les fils d’alliance ne se découragent pas, jamais ils ne s’arrêtent en chemin, ils n’abandonnent jamais, ils cheminent en dépit de tout jusqu’au lieu de l’accomplissement de leur destinée. Ils sont combattus mais jamais vaincus. Tu es fils d’alliance. Personne ne peut neutraliser l’alliance. Ne te décourage pas. Marche avec en vue l’objectif. Continue encore, fonce car devant toi il y a quelque chose de glorieux. Sur ton parcours il y aura les jaloux, ceux qui vont tenter de te décourager, ceux qui vont te combattre. La bible dit : « Ils te feront la guerre mais ils ne te vaincront point ». A Rehoboth Isaac dit : « L’Eternel nous a maintenant mis au large, et nous prospérerons dans le pays ». Mais il y resta seulement quelque temps puis remonta à Beer-Schéba. Les fils d’alliance ne se contentent pas de la première bénédiction, ils progressent. Ils ne s’arrêtent pas en chemin, ils ne se contentent pas de miettes, ils vont jusqu’à l’accomplissement de leur destinée. Beer-Schéba signifie le puits de l’alliance. Là, Dieu apparut à Isaac et lui dit : «Je suis le Dieu d’Abraham, ton père ; ne crains point, car je suis avec toi… » Le Dieu de notre alliance n’est pas seulement un Dieu du futur mais il est aussi le Dieu du présent, le Dieu de « tout de suite ». Tu es fils d’alliance, c’est pourquoi, dans ton parcours, tu dois quitter le stade de « je serai, je deviendrai… » pour expérimenter Dieu au présent.

Isaac bâtit là un autel et invoqua le nom de l’Eternel. Les fils d’alliance non seulement travaillent mais ils dressent des autels pour maintenir la présence de Dieu. Là Isaac dressa sa tente, il y demeura parce que c’était le lieu de l’accomplissement de sa destinée. Abimélec vint de Guérar auprès de lui, avec Ahuzath, son ami, et Picol, chef de son armée. Ayant constaté que Dieu était avec Isaac, ils sont venus cette fois-ci non pour le chasser mais pour lui proposer de s’allier à lui. Ils s’entendirent à ce propos, Isaac leur fit un festin et ils mangèrent et burent, dit la bible. La destinée des fils d’alliance n’est pas seulement marquée du sceau de la bénédiction, il faut en plus que leurs ennemis viennent se repentir et leur proposer de s’allier à eux. Tu es fils d’alliance, il faut qu’à la fin tes ennemis viennent te proposer de s’allier à toi et que tu organises pour eux un festin. Il faut que Dieu fasse d’eux ton marchepied.

Quand Isaac devint vieux et fatigué, il appela ses enfants afin de les bénir. Les fils de l’alliance laissent à leurs enfants un héritage, ils meurent après avoir tout donné. Ils ne laissent pas des projets inachevés. Avant de mourir, ils achèvent ce qu’ils ont commencé. Ils meurent après avoir accompli leurs rêves. Ils meurent rassasiés de jours et passent le bâton de commandement à leurs fils.

L'APOTRE DE REVEIL L.G. PENIEL

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 13:16
"Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité et se tourneront vers les fables" (2 Timothée 4/3-4).

 Ces versets décrivent nettement les jours que nous vivons aujourd'hui. Le pays et même le monde entier, sont remplis de doctrines nouvelles, donnant naissance à maintes sectes, parfois bizarres. Des livres, des cassettes audios et vidéos, des prédicateurs itinérants se multiplient tellement rapidement qu'on n'arrive plus à avoir une idée juste de ce qui est vrai, représentant un réveil véritable, et de ce qui est faux, étant des signes mensongers et trompeurs.
 Parmi ces doctrines nouvelles, on en compte deux en particulier qui se répandent de plus en plus dans les mouvements pentecôtistes, "l'onction nouvelle" et "le baptême de feu".
 L'étudiant sérieux de la Bible voit tout de suite qu'il y a des vérités dispersées dans ces enseignements trompeurs. Par exemple, tout le monde reconnaît la valeur inestimable de la prière et du jeûne. Bien des gens dans les Saintes Ecritures se sont adonnés à des jeûnes pour des raisons différentes et des durées variables : comme signe de deuil (1 Samuel 31/13; 1 Chroniques 10/12), de désespoir (Juges 20/26), de tristesse (Néhémie 1/4), et d'humble repentance (Jonas 3/5). La Bible ne donne pas une valeur plus grande au jeûne plus long. Il y avait des jeûnes durant une partie d'un jour, de trois jours, et jusqu'à une durée de 40 jours. Leurs façons de jeûner étaient variées aussi. Moïse jeûnait en se privant d'eau et de nourriture tandis que Daniel jeûnait en se privant des mets du roi.
 Ces jeûnes diffèrent radicalement de ceux qu'on voit de nos jours. Le jeûne biblique n'avait pas comme but la réception d'une sensation corporelle ou d'un état surnaturel sur le corps. Par contre, la Bible enseigne que le corps est un tabernacle terrestre (1 Cor. 15/47), un corps d'humiliation (Phil.   3/21), assujetti à la mortalité (1 Cor. 15/53). 2 Corinthiens 5/1 à 10 parle du fait que nous gémissons dans cette "tente" qui sera détruite, préférant quitter ce qui est mortel afin de nous revêtir de ce qui est glorieux. Ceci réduit à néant l'idée que le corps devient exempt des limites et des faiblesses terrestres.
 Ces "bénédictions de longs jeûnes" promises par beaucoup sont destinées à eux-mêmes. En contraste, le jeûne biblique est pour mettre le croyant en contact avec ceux qui sont affamés, pauvres, liés par la méchanceté (Esaïe 58/6-7). Dans un jeûne, nous sommes appelés à nous cacher avec la Parole de Dieu, et avec le Dieu de la Parole, et à chercher où notre caractère n'est pas conforme à l'image du Fils de Dieu. Puis, on sort de notre chambre secrète, non pour proclamer notre nouvelle puissance, ou raconter notre nouvelle vision, mais pour vivre notre nouveau caractère.
     De même, il est absolument nécessaire que le serviteur de Dieu ait sur lui l'onction divine. Mais selon la doctrine propagée, elle serait une expérience supplémentaire au baptême du Saint Esprit qui est transmise par l'imposition des mains d'un individu qui la possède déjà, ou par une autre gesticulation physique, le souffle, un mouvement des mains, l'application d'huile, etc... Cette "onction nouvelle" est accompagnée de manifestations comme tomber par terre, danser, avoir des visions, ou prophétiser.
 La Bible parle de l'onction. Dans l'Ancien Testament, des gens et des choses étaient oints. Lévitique 8 décrit l'entrée de la famille d'Aaron dans le sacerdoce. Son entrée a été marquée par une grande cérémonie d'onction. Notez que ceci n'est pas venu après des années de service, mais au début même et que l'événement n'est pas devenu la marque d'une spiritualité supérieure car dans le chapitre suivant, nous voyons ses fils détruits à cause de leurs péchés. De la même manière, les rois ont été oints, aussi bien que le tabernacle, et plus tard le temple avec ses ustensiles. L'onction mettait donc à part une personne ou un objet pour le travail du Seigneur.

     Le Nouveau Testament parle de l'onction aussi.
Paul, en 2 Corinthiens 1/21-22, mentionne son onction comme un fait accompli. Il dit que son onction n'est pas venue de l'homme. Il ne dit nulle part qu'il est tombé, ou qu'il a prophétisé comme preuve de son onction, mais il dit que Dieu a mis son Esprit en lui. Son onction donc, vient du fait qu'il appartient à Dieu et qu'il a été baptisé du Saint Esprit.
Jean parle de l'onction aussi. 1Jean 2/20-27 parle de l'onction que les croyants ont tous reçue. Jean dit que ceux qui ont reçu "une onction" sont ceux qui demeurent fermes dans le message qu'ils ont reçu depuis le commencement (v.24).
 L'épître aux Hébreux nous éclaire davantage sur ce sujet. Hébreux 1/9 nous dit: "Tu as aimé la justice et tu as haï l'iniquité; c'est pourquoi,ô Dieu, ton Dieu t'a oint d'une huile de joie au-dessus de tes égaux".
Ce verset donne la manière de recevoir une onction, aimer la justice haïr le mal! Ceci met en relation l'onction de Dieu et le caractère de celui qui s'approche de Lui. Une onction n'est donc pas une expérience qu'on reçoit une fois par l'imposition des mains, mais elle est une relation qui doit être établie et continuée dans la justice, l'amour de sa Parole et le développement de son caractère en nous.

     Paul décrit en 2 Timothée 3/5 les gens des derniers jours qui auront "l'apparence de la piété mais reniant ce qui en fait la force". La force de la piété est clairement indiquée par notre Seigneur en Luc 24/49. "Et voici, j'enverrai sur vous ce que mon Père a promis; mais vous, restez dans la ville jusqu'à ce que vous soyez revêtus de la puissance d'en-haut". En Actes 1/8, cette puissance est encore mentionnée. Cette fois-ci, elle est associée avec une Personne, "le Saint Esprit survenant sur vous", non pour rendre notre corps imperméable, mais pour nous transformer en témoin de Jésus jusqu'aux extrémités de la terre!

 La source, donc, de cette puissance n'est pas une oeuvre que nous pouvons faire nous-mêmes, un jeûne, une offrande, ou l'imposition des mains d'un individu. Non, cette puissance vient d'en haut dans une vie qui cherche à servir davantage celui qui a donné sa vie pour nous. Aucun homme n'est l'intermédiaire, mais le Christ seul est le Baptiseur. En plus, le signe de la réception de cette puissance est le parler en langues suivi d'un désir ardent d'amener des gens à Christ. Au jour de Pentecôte, personne n'est tombé et personne n'a dansé. Si certains ont reçu des visions, personne ne les a racontées et la seule prophétie fut un messsage qui a gagné 3000 âmes!

     Il y a deux dangers communs à toutes ces nouveautés.

Le premier est la nécessité absolue d'ajouter à ce qu'on lit dans la Bible afin de prouver leur validité. Une fois qu'on commence à imaginer ce qui n'est pas mentionné dans le récit biblique, mais ce qui est "peut-être" arrivé, la valeur des Ecritures est exposée à n'importe quelle révélation. Paul nous a dit de "prêcher la Parole" (2Timothée 4/2). Il était stupéfait que les Galates soient fascinés par un nouveau message. Il leur disait que même un message apporté par des anges devait être rejeté s'il n'est pas conforme au premier message reçu. Voir Galates 3/1-3.
Jean, l'apôtre, atteste que ceux qui ajoutent, ou retranchent des paroles du livre recevront une terrible malédiction (Apocalypse 22/18-19). Les mêmes exhortations se trouvent en Deutéronome 4/2; 12/32 et en Proverbes 30/6.  L'autre danger est de réduire une activité purement spirituelle en activité charnelle. Jésus dit en Jean 3/6 que "ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'esprit est esprit". Assurément, c'est une idée attirante de voir des visions, de sentir une chaleur céleste, mais est-ce pour cela que le Fils de l'homme est venu sur la terre? N'est-il pas venu pour chercher et sauver ce qui est perdu? Non pour être servi, mais pour servir? Paul dans notre texte a parlé des "choses agréables" et de "leurs propres désirs" qui provoquent une recherche de ce qui satisfait la chair. En 2 Timothée 4/2, Démas abandonne l'apôtre, par "amour pour le siècle présent".
Paul pose aux Galates une question importante pour nous :
"Après avoir commencé par l'Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair?" (3/3).
 Le feu de la Pentecôte ne doit pas brûler sur le plafond afin de chauffer les croyants, mais dans nos coeurs, nous lançant dans le monde ténébreux rempli d'hommes perdus. Au lieu de faire tomber les gens, relevons-les pour qu'ils démontrent l'intégrité du Christ ressuscité. L'onction du croyant n'est pas une chose, ou une expérience qu'on reçoit instantanément, mais elle est une Personne, le Dieu Saint, qui demeure dans une vie consacrée à Lui, pure et prête à Son service.

         Je termine avec l'exhortation de notre Seigneur en Apocalypse 2. Il les félicite en disant qu'ils ont fait du bien dans le passé, mais il les condamne aussi, car ils ont abandonné leur premier amour. Il leur conseille de retourner aux premières oeuvres. Le réveil a commencé dans un baptême de son Esprit. Si le zèle de ce premier mouvement est diminué, est-ce la solution de chercher d'autres pierres principales?
Ne devrions-nous pas plutôt retourner au point de départ? Cherchons à être remplis de Son Esprit, Son Royaume, et sa Justice, et "toutes ces choses nous seront données" (Matthieu 6/33).

L'APOTRE DE REVEIL L.G. PENIEL

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 12:56
1Samuel 16 : 1-14

C’est lorsque nous persévérons dans la louange et l’adoration avec un cœur pur que Dieu se lève pour nous faire sauter les étapes, pour donner de la vitesse à notre vie.

Si Juda dont le nom signifie « louange de l’Eternel » a été inconscient de son identité et partant était passé à côté de sa destinée, nous devons en tant que fils de Juda prendre conscience de notre identité et faire de la louange notre style de vie. La vie de David est instructrice à ce propos.

David, en effet, n’était rien jusqu’au jour où il prit une décision en brousse, loin des hommes, seul avec Dieu. Il avait pris la ferme décision de louer et d’adorer Dieu afin de provoquer sa présence dans sa vie. Ce jeune homme abandonné de tous en brousse derrière les brebis de son père, avait fait un choix résolu de louer et d’adorer Dieu tous les jours de sa vie ayant sans doute appris que ce Dieu là n’abandonnait jamais ceux qui se confiaient en lui. Il était très sûr qu’en agissant ainsi, quelque chose allait se passer, qu’un jour Dieu allait intervenir dans sa vie. Et un jour, Dieu s’est levé pour lui faire sauter des étapes, pour donner de la vitesse à sa vie.

Oui, Dieu va faire lever son serviteur, l’un des plus grands de l’époque, pour aller oindre David dans la maison de son père pour qu’il règne à la place de Saül. David était un homme soumis, c’est pourquoi Dieu l’avait doté d’autorité et de puissance. Aucun de ses ennemis ne pouvait tenir devant lui parce qu’il combattait toujours dans la louange et l’adoration, et donc dans la présence de Dieu. David avait aussi comme autres traits de caractère : l’humilité et l’obéissance. La soumission et l’obéissance sont la source de l’autorité, la soumission et l’obéissance à Dieu, à ceux qui sont élevés en dignité, à ceux qui sont plus âgés que nous. David bien que méprisé dans la maison de son père, était toujours obéissant à son père. Il était quelqu’un de très soumis et avait un bon cœur, un très bon cœur. Il aimait tout le monde dans son royaume. Tout celui qui combattait Israël était son ennemi. La soumission dans la louange et l’adoration nous donne de remporter des victoires face à nos ennemis.

Le choix de Dieu s’était porté sur le jeune David abandonné en brousse derrière les brebis et non sur ses frères qui vivaient confortablement dans la maison de leur père. C’est en ce moment-là qu’il va commencer à être considéré, à prendre de l’importance aux yeux de ses frères et que Dieu va commencer à lui faire sauter les étapes dans sa vie. De la brousse, on le fit venir dans la maison de son père. En venant, il ne pouvait s’imaginer un seul instant que sa vie avait changé. Le Dieu qu’il célébrait dans la louange et l’adoration s’était levé pour donner de la vitesse à sa vie. Là, dans la maison de son père, il sera oint au milieu de ses frères par le prophète Samuel. La bible dit que l’Esprit de l’Eternel saisit David à partir de ce jour et dans la suite. Oui, il était devenu une toute autre personne car sa vie avait changé. Quelque temps après, Saül fut agité par un mauvais esprit. On parla de David à Saül qui le fit venir auprès de lui. David chanta et Saül fut soulagé, et le garda auprès de lui parce qu’il avait trouvé grâce à ses yeux. De la brousse à la maison de son père, et de là au palais royal. Ainsi David s’est retrouvé là où ses frères ne pouvaient accéder facilement. Voilà jusqu’où peut conduire la louange et l’adoration.

Oui, la louange et l’adoration ont fait sauter à David les étapes de la vie. Tu es fils de David. Prends du temps dans la louange et l’adoration. Car là, beaucoup de choses se passent. Persévère et un jour, Dieu te fera sauter les étapes. Tu iras de l’avant. Ta vie changera et les gens s’étonneront à ton sujet. Tu sauteras des étapes. Ne demande pas comment cela se fera. Continue seulement à louer, à adorer Dieu, à être humble, soumis, à avoir un cœur pur…

David ne gardait pas de haine dans son cœur. Ses problèmes, il les résolvait dans la louange et l’adoration. Il était le plus grand chantre d’Israël, le plus grand roi. Il était un fils de Juda comme toi. Son secret : la louange et l’adoration qui amenaient la présence de Dieu. Cette présence qu’il désirait de tout son cœur. Il désirait que Dieu intervienne dans sa vie. Fais comme lui. Désire ardemment la présence de Dieu. Persévère dans la louange et l’adoration avec un cœur pur, dans l’humilité et la soumission, et tu verras Dieu descendre dans ta vie pour accomplir des miracles extraordinaires, pour donner de la vitesse à ta vie.

L'APOTRE DE REVEIL L.G. PENIEL

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 12:46
Psaume 114 : 1-8 ; Actes 16 : 25-26

La louange, le style de vie des fils de Juda, nous introduit dans la présence de Dieu où Dieu nous fait triompher face aux défis de la vie. Sans la présence de Dieu nous ne pouvons rien. C’est pourquoi nous devons avoir un désir ardent de cette présence car là, nous expérimentons Dieu dans sa toute puissance, nos chaînes tombent et les défis de la vie battent en retraite. Accéder à la présence de Dieu est notre droit le plus légitime en tant que fils de l’alliance et fils de Juda. Nous devons aspirer de tout cœur à la présence de Dieu.

En Egypte où ils étaient en esclavage, les enfants d’Israël avaient passé la période la plus sombre de leur histoire parce qu’ils n’avaient pas avec eux la présence de Dieu. Mais à Babylone où ils étaient en captivité, ils ont construit à Dieu des synagogues pour pérenniser sa présence et là, ils le louaient et le célébraient, et Dieu leur dit de bâtir des maisons et de les habiter, de planter des vignes et d’en manger, de se multiplier…

En Egypte, Israël n’avait pas la présence de Dieu mais avait Juda. Il avait Juda mais il n’en était pas conscient. Juda né de Léa, était un homme avec une grande bénédiction (Genèse 49 : 8-12) mais dont la vie était en flagrante contradiction avec celle-ci parce qu’il était loin de la présence de Dieu à cause de sa désobéissance, lui dont pourtant le nom signifiait un lieu où Dieu devait se manifester dans sa toute puissance. Juda était inconscient de son identité.

Juda est un lieu, un nom qui signifie « louange » et quiconque s’y introduit, expérimente Dieu dans sa toute puissance. Quand Israël quitta l’Egypte, il avait Juda comme louange. La bible dit : « Quand Israël sortit de l’Egypte, quand la maison de Jacob s’éloigna d’un peuple barbare, Juda devint son sanctuaire, Israël fut son domaine. La mer le vit et s’enfuit, le Jourdain retourna en arrière ; les montagnes sautèrent comme des béliers, les collines comme des agneaux… » Pourquoi ? Parce que la louange était exaltée et cette louange était devant Israël et Dieu était présent. Et quand la présence de Dieu est là, même la mer recule, et les défis de la vie détalent parce que ne pouvant rien devant la toute puissance de Dieu.

Il ne suffisait pas seulement d’être Juif ou de la tribu de Juda mais de s’introduire dans ce lieu appelé « louange » pour expérimenter Dieu. Paul était de la tribu de Benjamin (Romains 11 : 1), mais il avait expérimenté Dieu. Pourquoi ? Parce qu’il s’était introduit en un lieu appelé « louange », un lieu où Dieu vient siéger dans sa justice. La bible dit qu’alors que Paul et Silas en prison, priaient et chantaient à haute voix les louanges de Dieu, tout à coup il se fit entendre un grand tremblement de terre qui ébranla les fondements de la prison ouvrant les portes de la prison et brisant les chaînes des prisonniers (Actes 16 : 25-26). A cause de la louange, Dieu s’était levé pour venir rendre justice à Paul et Silas.

La louange et l’adoration amènent la présence de Dieu. Nous avons besoin de cette présence lorsque nous sommes confrontés aux problèmes, aux défis de la vie. C’est pourquoi nous devons louer Dieu en tout temps et en tout lieu. Nous pouvons aussi, par notre caractère, exprimer à Dieu notre louange, car Dieu veut que ceux qui le louent et l’adorent le fassent avec tout leur être (corps, âme et esprit). Loue Dieu, continue à le louer, car plus tu le loues, plus sa présence t’environne, t’accompagne et te fait triompher de tes ennemis. Seul derrière son troupeau et face aux défis de la forêt, le petit David, n’avait d’autre alternative que de recourir à sa guitare, de chanter et de louer Dieu, et il en était sorti victorieux.

Prends conscience de ton identité en tant que fils de l’alliance et fils de Juda, loue et adore Dieu en dépit de tout. Sa présence te couvrira, t’accompagnera partout où tu seras et te fera triompher face aux défis de la vie.

L'APOTRE DE REVEIL L.G. PENIEL

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 12:20
                                                                                                                       Luc 1 : 26-48 ; Luc 2 : 6, 39-40

La révélation est porteuse de grossesse. Ceux qui la reçoivent sont fécondés, portent ainsi une grossesse et doivent adopter certaines attitudes à même de permettre à cette grossesse d’aller jusqu’à terme.

Le nom « Marie » vient de « mara » qui signifie amertume, souffrance. C’est le nom que ses parents avaient donné à cette jeune fille vierge de Nazareth fiancée à un homme de la maison de David nommé Joseph. Comprenez dans quelle atmosphère a vécu cette fille et quelle influence néfaste ce nom a pu avoir sur sa vie. Mais la bible dit : « Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, auprès d’une vierge… » Le chiffre 6, c’est le chiffre de l’homme, il consacre les limites de l’homme et appelle à l’intervention de Dieu. Ni les parents de Marie ni les hommes ne pouvaient rien à sa situation. C’est quand la sagesse des hommes était épuisée, quand personne ne pouvait changer la situation de Marie que Dieu est intervenu par l’ange interposé. Oui, les hommes ne peuvent rien à cette situation dans laquelle tu te débats. Elle exige l’intervention du surnaturel. Il faut que l’ange vienne, il faut l’intrusion du surnaturel dans ta vie pour que ta situation change. C’est quand tu arrives au bout que Dieu va intervenir.

L’ange est venu au sixième mois. Pas au premier, au deuxième, au troisième, au quatrième ou au cinquième, car là tu étais en train de te battre seul, tu avais confiance en tes stratégies. Et au sixième, fatigué et sans espoir tu t’es abandonné entre les mains de Dieu. Ainsi, il t’a envoyé la révélation par son ange. Tu ne resteras plus le même car l’ange est venu avec la révélation qui va révolutionner, changer ta vie. Ce qui compte ce n’est pas là d’où tu viens mais là où tu vas. C’est par ignorance que les parents de cette jeune fille lui avaient donné le nom de Marie. Ils ignoraient en effet le plan de Dieu pour sa vie. Ils n’avaient pas la révélation de sa destinée. Ils ne savaient pas où elle allait. Toi aussi, même tes parents ne te connaissent pas sinon ils allaient prendre soin de toi, s’intéresser un peu plus à toi.

En donnant le nom de Marie à cette jeune fille, ses parents, sans le savoir, l’avaient condamnée. Mais quand l’ange vint, il lui dit de se réjouir car elle a trouvé grâce auprès du Seigneur. Pourquoi ? Parce que Dieu avait préparé un plan pour sauver l’humanité et que le Sauveur viendrait par elle. Ce qui importe pour toi c’est quand Dieu vient parler dans ta vie. Marie dit à l’ange : « Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ? » L’ange lui répondit que le Saint-Esprit viendra sur elle et lui couvrira de son ombre. Et ainsi, elle deviendra grosse. Une bonne nouvelle : ceux qui reçoivent la révélation portent une grossesse. Marie finit par dire à l’ange : « Je suis la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole ! » Voilà l’attitude dans laquelle nous devons recevoir la révélation : avec foi et humilité. Elle reçut la révélation et devint enceinte. Reçois la révélation et porte la grossesse.

Et voici que Marie, celle dont la vie était marquée du sceau de l’amertume, composa un cantique dans lequel elle réalise que désormais toutes les générations l’appelleront la bienheureuse à cause de ce que Dieu a fait dans sa vie. Oui, parce qu’elle a cru, elle sera désormais la bienheureuse. Toi qui as reçu la révélation, tu es le bienheureux. Réjouis-toi !

Après avoir reçu la révélation, Marie ne croisa pas les bras. La bible dit qu’elle se leva et s’en alla en hâte vers les montagnes, dans une ville de Juda. Là, elle va croiser Elisabeth, sa parente, jadis stérile mais que Dieu avait aussi visitée et qui avait conçu un fils en sa vieillesse. Dieu est un Dieu des extrêmes : il est capable de faire en sorte qu’une vierge conçoive tout comme il peut donner un enfant à une femme avancée en âge qui avait perdu tout espoir. C’est pourquoi la bible dit que rien ne lui est impossible. Et toi, tu es de quel extrême ? Ton problème n’est rien devant Dieu. Auprès d’Elisabeth, Marie va recevoir des stratégies à même de lui permettre de maintenir sa grossesse. Si tu reçois la révélation, quitte la vie au ras du sol et va vers les montagnes, connecte-toi aux aînés qui vont te guider, te conseiller.

La bible dit que Marie resta auprès d’Elisabeth pendant un temps. Et après qu’elle l’eut quittée, la bible ajoute : le temps où Marie devait accoucher arriva. Il y a un temps pour concevoir et il y a un temps pour accoucher. Et ce temps arrive toujours dans la vie de chacun. C’est pour l’un le temps pour se marier et pour l’autre, le temps pour trouver du travail ou encore pour obtenir guérison, pour voyager… Le temps où tu dois accoucher arrive. Tu accoucheras d’un enfant en bonne santé, viable… Il faut que quelque chose arrive dans ta vie. La bible dit que Marie enfanta son fils, l’emmaillota et le coucha dans une crèche. Tu accoucheras, tu porteras ton enfant et le monde le verra. Parlant de Jésus, l’enfant de Marie, la bible dit : « L’enfant croissait et se fortifiait. Il était rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui » Oui, ton enfant croîtra. Cette entreprise que tu as initiée ne tombera pas en faillite. Elle ne s’arrêtera pas en chemin car tout ce qui vient de Dieu est appelé à croître, à aller de l’avant, à prospérer. Car il est celui qui commence et qui achève.

L'APOTRE DE REVEIL L.G  PENIEL

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 23:58
Esther 2 : 5-18

Femme, c’est maintenant ton tour d’entrer là où tu n’avais jamais entré auparavant, de faire ce que tu n’avais jamais fait avant, de réussir pour avoir du succès, car la grâce de Dieu est sur toi.

Le livre d’Esther raconte l’histoire d’Esther qui était parmi les Juifs déportés en Perse. Dieu, en effet, était en train de les emmener à Suse pour que là, par Esther, ils soient délivrés. En chemin, ils regrettaient certainement Jérusalem incapables qu’ils étaient de discerner les voies de Dieu. Là où tu vois l’obscurité, Dieu voit la lumière. Là où Dieu t’emmène, c’est pour un but. La vie des déportés n’était pas du tout facile, commode. Mais, quelqu’un a dit : « La plupart de ceux qui réussissent est constitué de ceux qui viennent de nulle part ». Car, quand quelqu’un n’a pas d’appui, il se bat tout seul. Se battre dans la vie, pour les chrétiens, est une bénédiction, puisqu’ils savent qu’il y en a qui avait combattu et qui avait déjà vaincu pour eux. Ils savent que la victoire a déjà été acquise et qu’ils se battent dans la victoire. Qu’est-ce qui s’est passé pour les déportés de Suse ?

Dieu étant maître du temps et des circonstances, a disposé favorablement ceux-ci à leur faveur. La reine Vasthi, pour n’avoir pas obtempéré à l’ordre du roi, fut dépouillée de sa dignité de reine. L’ordre fut donné de réunir pour le roi des jeunes filles vierges et belles de figure parmi lesquelles l’une devait être choisie pour devenir reine à la place de Vasthi. Esther, fille d’Abichaïl, oncle de Mardochée qui l’avait adoptée pour fille, était du nombre. Elle était étrangère et donc avait moins de chance d’être choisie. Ces filles étaient nombreuses mais Esther était unique. Femme, ne te décourage pas puisque là où tu es, vous êtes nombreuses. Tu es unique, spéciale. Mardochée recommanda à Esther le silence. C’est ce qu’elle fit.

Le temps du choix arriva. Plusieurs passèrent sans être choisies. Puis ce fut le tour d’Esther. Quand elle arriva, ce fut une question de grâce. Oui, c’est aussi ton tour d’entrer là où tu ne pouvais entrer auparavant, de faire ce que tu ne pouvais faire avant, de toucher ce que tu n’avais jamais touché avant, ton tour d’être élevée, honorée… Car la grâce de Dieu est sur toi. Mais quand tu vas monter, demeure dans l’humilité car l’orgueil, dit la bible, précède la chute. Tu dois comprendre que si Dieu t’élève, c’est pour que son nom soit glorifié et que tu deviennes un témoignage vivant de sa gloire, et non pour te venger. Dieu nous bénit pour que notre bénédiction fasse la joie des autres, des gens tout autour de nous. Esther fut choisie. Sa bénédiction fut aussi la bénédiction de Mardochée, de tout un peuple, puisque c’est par elle que la délivrance fut rendue possible.

Il y a des gens qui sont paralysés dans leur être intérieur, dans leur tête, par leurs échecs passés et partant ont du mal à croire que leur tour est arrivé maintenant. L’échec n’est qu’un évènement, une circonstance pour laquelle on cherche une solution en vue de la surmonter. Ce qui compte, ce n’est pas le nombre des fois que tu as échoué mais d’arriver au jour de ton succès. Dieu dit : « Ne pensez plus aux événements passés, et ne considérez plus ce qui est ancien. Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d’arriver : Ne la connaîtrez-vous pas ? Je mettrai un chemin dans le désert, et des fleuves dans la solitude » (Esaïe 43 : 18-19). Dieu s’investit totalement pour changer ta vie. Le passé est passé. Notre Dieu est un Dieu de nouvelles choses, de nouveaux commencements. Cette fois, c’est la bonne. C’est ton tour. Ton tout de réussir pour avoir du succès et ainsi être un signe pour ton temps.

Ne sois pas complexée. Ne te sous-estime pas. La bible nous recommande de ne pas avoir une haute considération de nous-mêmes néanmoins nous devons avoir de nous-mêmes une bonne considération eu égard à ce que nous valons devant Dieu. Même si tu n’as pas du prix aux yeux des autres, tu as du prix aux yeux de Dieu et, ne fût-ce que pour cela, sois sûr de toi. Que ceux qui ont réussi avant toi ne t’intimident pas. C’est ton tour car c’est une question de grâce. Saisis cette parole qui vient de Dieu et fonce ! Fais ce que Dieu te demande de faire car maintenant c’est ton tour. Là où tu as toujours échoué, tu réussiras cette fois-ci, tu iras de l’avant.

Dans la vie, ne t’attend pas à ce qu’on t’apporte l’élévation, la promotion, le succès sur un plateau d’argent. Toute élévation, toute promotion, tout succès passe par l’adversité. Sache qu’ils te feront la guerre mais qu’ils ne te vaincront jamais. Tu ne peux être élevé sans passer par des situations difficiles. Les difficultés sur ton chemin sont faites pour t’instruire et non pour t’abattre. Néhémie apprend que les murailles de Jérusalem sont en ruines et prend la ferme décision de les rebâtir. Sanballat, Tobija et les autres tentèrent en vain de le décourager mais dans la tête de Néhémie il n’y avait pas de place pour le découragement, l’échec, parce qu’il était déterminé. C’est pourquoi il leur rétorqua : « Le Dieu des cieux nous donnera du succès. Nous, ses serviteurs, nous nous lèverons et nous bâtirons… » (Néhémie 2 : 20).

Oui, à toi aussi, le Dieu des cieux donnera du succès, lève-toi car c’est ton tour maintenant d’avoir du succès dans tout ce que tu entreprendras, ton tour d’être élevée, d’entrer dans ta gloire. Car Dieu veut que tu prospères à tous égards et que tu aies du succès.

L'APOTRE DE REVEIL L.G. PENIEL

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 23:49
Luc 24 : 13-21

Souvent Dieu nous fait passer par des situations compliquées, difficiles non pas pour nous humilier ou nous tuer mais pour notre bien, pour faire éclater sa gloire. Nous ne passerons pas tous par les mêmes difficultés, chacun passera par sa difficulté, sa situation, et quand Dieu permettra cela dans ta vie, c’est pour te révéler sa gloire. Il y a des situations compliquées qui arrivent aux hommes, mais quand cela arrivera dans ta vie, espère encore car Dieu est vivant, capable.

Notre texte de base nous présente la situation de deux hommes sur le chemin d’Emmaüs. Israël en ce temps-là était sous la domination romaine. Et pour les Juifs, la venue de Jésus était une espérance dans la mesure où elle augurait la possibilité de sortie de cette domination, cette servitude. Ils attendaient donc impatiemment Jésus. Les paroles de Siméon lors de la présentation de l’enfant Jésus dans le temple (Luc 2 : 29-32) en disent long sur l’espérance d’Israël à ce propos. Avec la venue de Jésus, le langage avait commencé à changer parce que le changement était possible. Mais voilà que la personne sur laquelle reposait cette espérance est arrêtée, crucifiée, elle meurt et est enterrée. Quelle déception ! C’est dans cette atmosphère que les deux hommes cheminaient en conversant vers Emmaüs.

La bible commence par : « Ce même jour deux disciples allaient à un village nommé Emmaüs… C’est dire que ce même jour d’autres évènements s’étaient produits. Oui, ce jour-là, c’était aussi le jour de la résurrection de Jésus. Un jour qui devait être un jour de fête, de gloire, mais ces deux hommes étaient attristés. Ils avaient marché avec Jésus pendant trois ans et demi, et celui-ci leur avait dit qu’il mourra et qu’il ressuscitera au troisième jour. Pourquoi donc étaient-ils attristés ? Parce que la parole était sortie, ils l’avaient écoutée mais ils n’avaient pas cru en elle. Et pourtant, lorsque les femmes étaient allées au tombeau, elles ont rencontré deux hommes qui leur ont rappelé les paroles de Jésus, et elles avaient cru en l’information. Mais quand elles sont rentrées pour rapporter l’information aux disciples, ceux-ci n’ont pas cru en elle. Il y a une différence entre recevoir l’information et croire en l’information. Le problème se trouve dans la valeur que nous accordons à la parole écoutée, à l’information. C’est ainsi qu’on trouvera deux personnes dans la même situation mais manifestant des comportements différents : l’un pleurant, l’autre se réjouissant. Pourquoi ? Parce que les deux n’avaient pas accordé la même considération à la parole reçue. La parole de Dieu est vraie. Si tu la reçois et si tu la considère, elle changera ta situation. Ecoute-la et dis-toi : cette parole et oui et amen dans ma vie.

Ce jour-là, c’était le jour de la résurrection de Jésus. La bonne nouvelle aujourd’hui est qu’il est sorti du tombeau une fois pour toutes et qu’il est vivant à jamais ! Il est puissant, il est capable. Souviens-toi seulement. Qu’est-ce qui avait changé le comportement des femmes au tombeau ? C’est le fait qu’on leur avait rappelé ce que Jésus avait dit. Dieu est Dieu. Il ne peut pas te laisser dans une situation sans te parler. Dans n’importe quelle situation, rappelle-toi de la parole que Dieu t’avait dite. Car il n’est pas un homme pour mentir ni un fils d’homme pour se repentir, ce qu’il a dit, il l’accomplira. Attache-toi à cette parole, dort, marche avec elle, car elle s’accomplira.

Ces deux personnes en route vers Emmaüs, étonnent par leur attitude. La bible dit : deux valent mieux qu’un, car lorsque l’un tombera, l’autre le relèvera. Mais ces deux-là sont abattus et personne ne relève l’autre. Nous devons faire attention à notre compagnie, car il y a des gens qui ont l’onction de la communication du désespoir. Même à l’Eglise. Dieu a certes fait de nous une famille en Jésus-Christ, mais nous avons besoin de personnes à même de nous aider à aller de l’avant. Nous avons certes besoin des autres mais plus du Saint-Esprit. Aujourd’hui, l’Eglise de Dieu a négligé le réel ami que Dieu lui a donné : le Saint-Esprit. Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’entretenir notre relation avec le Saint-Esprit, car il est Dieu et il peut nous communiquer la volonté de Dieu. C’est lui qui nous conduira et nous révélera des choses cachées.

Pendant que ces deux hommes en route vers Emmaüs parlaient et discutaient, Jésus s’approcha et fit route avec eux. Jésus ne se révèle pas à eux et eux non plus ne le reconnaissent pas. Il est difficile de reconnaître Jésus quand on est dans des problèmes. Jésus leur pose une question : « De quoi vous entretenez-vous en marchant ? » Sans le reconnaître, ils lui relatèrent ce qui s’était passé au sujet de Jésus et de sa mort, et lâchèrent tout déçus : « Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël… » Ils pensaient que Jésus était venu uniquement pour les Juifs alors que Dieu, par lui, voyait la délivrance du monde. Notre problème est que nous venons à Dieu avec nos programmes, mais Dieu ne les respecte pas. Son plan n’est pas comparable à nos programmes. Les projets de Dieu sont plus grands que nos projets qui sont souvent égoïstes. Mais le projet de Dieu est global car Dieu voit le tout. Tu n’es pas seul dans le projet de Dieu.

Nous espérions… Oui, ils avaient une attente et ils parlaient en fonction d’elle. Mais toi, espère en l’Eternel. Car :

Ceux qui espèrent en l’Eternel, prouvent qu’ils ont dominé la chair, que ce sont des hommes et des femmes matures. C’est dans les problèmes qu’on reconnaît qu’une personne est mature ou pas.

Ceux qui espèrent en l’Eternel sont aimés par Dieu. Oui, l’Eternel aime ceux qui le craignent (Psaume 147 : 11). Ils sont sûrs de voir la preuve de l’amour de Dieu dans leurs vies.

Ceux qui espèrent en l’Eternel, poussent l’Eternel à s’incliner vers eux ; il les retire de la fosse de destruction, du fond de la boue, affermit leurs pas, relève leur tête et met dans leur bouche un cantique nouveau (Psaume 41 : 1-4).


L'APOTRE DE REVEIL L.G. PENIEL

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 12:01
Genèse 31 : 38-42

Le Dieu de notre alliance, est un Dieu de bénédiction, un Dieu capable de nous faire faveur. Sa faveur sur nous est la garantie de notre vie. C’est elle qui nous fait réussir, avancer…

La bénédiction est un mot très connu des enfants de Dieu et tous, nous aspirons à la bénédiction. Cependant, chacun a sa conception du mot bénédiction. Nous ne pensons pas la même chose lorsque nous parlons de la bénédiction. Nous ne prenons pas le temps de considérer ce qu’en dit la bible afin de nous en faire une idée correcte. Lorsqu’un mot est mal compris, il est aussi mal utilisé. Il est temps pour nous d’avoir une bonne compréhension de ce mot.

Notre Dieu, celui que nous adorons, le Père de Jésus-Christ, est un Dieu de bénédiction. Le mot traduit par bénédiction ne veut pas dire richesse. Dans l’Ancien Testament, on utilisait deux mots : bere pour désigner le verbe bénir et berata, pour parler de bénédiction. Ces deux mots ne signifient pas richesse mais une grâce, une faveur. Notre Dieu est un Dieu qui fait des faveurs. La bible dit : « C’est la bénédiction de l’Eternel qui enrichit, et il ne la fait suivre d’aucun chagrin » (Proverbes 10 : 22). Ce verset montre si bien que la bénédiction ne veut pas dire richesse. C’est plutôt la faveur sur une personne qui peut conduire celle-ci à une richesse.

Notre Dieu est un Dieu capable de faire des faveurs. La faveur n’est ni visible ni palpable, elle est spirituelle et surnaturelle. Nous pouvons juste voir les fruits qu’elle produit : la richesse, la force, l’intelligence, l’habileté… La bénédiction produit donc ces fruits dans nos vies. Tout enfant de Dieu a besoin d’avoir une faveur particulière de la part de Dieu. Dieu dit à Israël : je vais te mettre à part pour te différencier des autres. Il met sur toi sa faveur et celle-ci te distingue des autres. Nous avons besoin de la faveur de Dieu dans tout ce que nous entreprenons. Lorsque Dieu demande à Satan s’il a remarqué son serviteur Job et vante les mérites de celui-ci, Satan lui rétorque : C’est parce que tu lui as accordé sa faveur mais enlève-la seulement… En un seul jour, Job avait tout perdu et était tombé même malade parce que la faveur avait été ôtée. Nous avons besoin de cette faveur parce que sans elle, nous ne pouvons tenir. C’est elle qui nous fait avancer.

Cette faveur peut nous être donnée par Dieu de différentes manières. Nous pouvons tout simplement trouver grâce à ses yeux comme ce fut le cas de Marie. Pourquoi avait-il fait grâce à Marie seulement ? La bible dit qu’il fait grâce à qui il veut. Il peut aussi nous faire grâce parce qu’il a apprécié ce que nous avons fait. Il peut donc être content de l’acte que nous avons posé et il nous fait grâce. Il dit : J’ai trouvé David l’homme selon mon cœur. Il l’a aimé à cause de son attitude. Mais cette faveur, on peut l’avoir à cause de l’engagement de Dieu. C’est ce qu’on appelle alliance.

Il a appelé Abraham pour lui dire : sors de ton pays et va dans le pays que je te montrerai. Abraham a obéi. Et il lui dit : Je te bénirai (ce qui n’était qu’une promesse), tu seras une source de bénédiction… Et puis, il va s’engager avec Abraham pour lui dire : Tout celui qui descendra de toi bénéficiera de ma faveur. Il est question ici de Jacob, l’un des descendants d’Abraham. Il va, alors qu’il était en train de fuir son frère Esaü, faire une rencontre, une expérience. Enfant, il entendait ses pères dire qu’ils étaient en alliance avec Dieu. Mai il n’avait jamais fait une expérience quelconque avec lui. C’est seulement lorsqu’il va se retrouver en dehors de la maison de son père, dans l’insécurité et l’incertitude, que Dieu va lui apparaître à Luz pour lui dire : je suis le Dieu d’Abraham et d’Isaac. Il ne lui dit pas : je suis ton Dieu. Jacob était conscient de cela. Il reconnut que l’Eternel était en ce lieu-là et fit un vœu en disant : « Si Dieu est avec moi et me garde pendant ce voyage que je fais, s’il me donne du pain à manger et des habits pour me vêtir, et si je retourne en paix à la maison de mon père, alors l’Eternel sera mon Dieu ; cette pierre, que j’ai dressé pour monument, sera la maison de Dieu ; et je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donnes » (Genèse 28 : 20-22). Puis, il est parti. Et là chez son oncle Laban, il fut bien accueilli. Il a beaucoup travaillé. Le bilan qu’il donne de son travail en dit long (Genèse31 : 38-42).

Jacob avait travaillé dur dans l’insécurité la plus totale et en plus il avait affaire à un escroc. Qui pouvait lui assurer la sécurité ? Il a travaillé dur mais ce n’est pas ce travail dur qui lui a garanti tout ce qu’il avait eu. Il a reconnu lui-même quelque part que s’il n’avait pas le Dieu d’Abraham et d’Isaac, il n’allait pas s’en sortir… Il savait que l’intervention de Dieu dans sa vie, ce n’était pas à cause de ses efforts personnels mais à cause de l’alliance de Dieu avec Abraham et Isaac. Dieu s’était en effet engagé avec Abraham et, lorsque Jacob marchait, Dieu voyait Abraham.

Nous sommes un peu comme Jacob, nous vivons dans l’incertitude et l’insécurité. Qu’est-ce qui peut nous donner des garanties dans ce monde, sécuriser notre vie ? Il y en a qui fournissent beaucoup d’efforts dans la vie mais récoltent peu. D’autres ont durement travaillé toute leur vie mais partent de cette terre comme des avortons, sans rien laisser. Mais Dieu, dans son amour, ne veut pas que nous finissions de cette manière. Il faut qu’il y ait pour nous des garanties. C’est pourquoi il est question, ici, de la bénédiction de l’alliance.

Dieu n’a pas changé, il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. S’il prend des engagements, il réalise ce à quoi il s’est engagé. Notre Dieu est un Dieu capable de nous faire des faveurs à cause de son engagement. Joseph n’est pas mort comme prisonnier en Egypte parce qu’il y avait quelqu’un qui veillait sur lui, même en prison, il était avec lui et le soutenait. La bénédiction est invisible. Il n’y a pas de signe visible. Mais la différence demeure entre les gens avec alliance et ceux qui n’en ont pas. Jéroboam, pour empêcher que les gens rentrent à Jérusalem, va faire deux veaux d’or qu’il va placer l’un à Béthel et l’autre, à Dan. La bible dit que Dieu envoya un prophète à Béthel pour prononcer un jugement. Pourquoi seulement à Béthel ? Parce que Béthel était un lieu qui lui était consacré par Jacob. Jéroboam ignorait ce qui s’était passé à Béthel. Dan n’était pas en alliance avec Dieu. C’est ce qui faisait la différence entre les deux, entre ceux qui sont en alliance avec Dieu et ceux qui ne le sont pas.

David dans son amour, son zèle pour Dieu a voulu construire une maison à l’Eternel. Mais Dieu, par le truchement du prophète Nathan, lui dit de ne pas le faire et lui promet de lui bâtir une maison et s’engage à ce qu’il y ait toujours un de ses descendants sur le trône. L’évangile de Matthieu nous présente la généalogie de Jésus-Christ fils de David, fils d’Abraham (Matthieu 1 : 1). Pourquoi cette référence à David et à Abraham ? Parce que les deux représentent l’alliance que Dieu avait fait avec le peuple : Abraham en ce qui concerne l’alliance de Dieu pour la bénédiction, et David, l’alliance de Dieu pour la royauté. Jésus est né déjà dans deux alliances. Hérode qui ignorait ce fait lui en voulait à mort et envoya sans succès les gens pour le tuer, car dans l’entre-temps Dieu avait averti Joseph de fuir avec l’enfant en Egypte.

A cause de l’alliance, tu es appelé à être un peuple mis à part, distingué. L’alliance de Dieu avec Abraham est une alliance éternelle. Nous n’étions pas au départ dans cette alliance, mais Jésus, par la nouvelle alliance, nous a introduits dans l’alliance de Dieu avec Abraham. Nous étions des oliviers sauvages, il nous a coupés pour nous greffer à l’olivier franc. Celui qui est greffé est différent de la plante originale mais il est nourri à la même source. Peu importe ta source, quelqu’un a décidé de t’introduire dans une autre source. Ainsi, tu feras la différence dans ta famille. Dieu a déjà mis sur toi un sceau et t’a mis à part. A cause de l’alliance, tu seras épargné de ce qui arrive aux autres.

Notre Dieu est un Dieu capable de nous faire faveur. Celle-ci est la garantie de notre vie. C’est elle qui nous fait réussir, avancer, elle nous donne l’intelligence. Pharaon réalise qu’il n’y a pas d’homme aussi intelligent et sage que Joseph en Egypte, et lui donne le commandement de tout l’Egypte. Et pourtant, l’Egypte de l’époque était une puissance dans les domaines de la science et du savoir ! Puisque ce Dieu qui avait hissé Joseph jusqu’au sommet ne change pas, partout où tu seras, tu feras tout ce que tu as envie de faire avec Dieu, à cause de l’alliance.


L'APOTRE DE REVEIL L.G. PENIEL

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 11:48
Psaumes 87 : 3 ; Exode 6 : 1-8

L’alliance n’exige rien, elle est l’affaire de Dieu. Elle apporte la délivrance et celle-ci est une bénédiction de l’alliance.

Le mot « bénédiction » vient du verbe bénir qui signifie dire du bien sur quelqu’un. Si on dit du bien sur quelqu’un, on le bénit. Dieu descend et parle à Abraham : Je rendrai ton nom grand, je ferai de toi une nation, je te bénirai et je te multiplierai… Ici, Abraham est en train d’être béni par Dieu. Dans le temps, les parents avaient l’habitude de dire de bonnes choses sur leurs enfants, de prophétiser sur eux. C’est plus que leur donner de l’argent. Ce qui est bon. La bible dit : « Des choses glorieuses ont été dites sur toi » (Psaumes 87 : 3). Oui, nous sommes tous enfants de Dieu mais nous ne sommes pas tous les mêmes car sur chacun a été prononcé certaines paroles.

Puisqu’une parole a été prononcée sur toi, tu es chargé et ainsi, tu ne subiras pas le sort de tous, tu réussiras. Avant que le sorcier ne vienne, tu as déjà été chargé et, rien affaire, tu réussiras, tu iras de l’avant. Dieu n’a pas donné à Joseph de l’argent, mais une parole et celle-ci a produit des effets dans sa vie. Partout où il est passé, Joseph était chargé de cette parole : dans la citerne, en Egypte dans la maison de Potiphar et en prison… Jusqu’à ce que …

Lorsqu’on prononce une parole de bien sur toi, ton père et ta mère peuvent mourir mais jamais cette parole ne mourra. Elle demeure en toi et cherche des occasions pour se manifester. Oui, cette situation difficile que tu traverses, c’est justement la parole qui a été prononcée sur toi qui cherche des occasions pour te conduire là où elle doit te conduire. La bénédiction, c’est toutes ces paroles de bien qui ont été prononcées sur nous et qui n’attendent que des occasions pour se manifester.

Nous sommes un peuple d’alliance. Mais qu’est-ce qu’une alliance ? Et qu’est-ce qui la différencie d’une promesse ? Selon le dictionnaire Larousse, « une alliance est un contrat, un engagement contracté mutuellement par deux personnes ». La bible aborde l’alliance autrement. Lorsque Dieu fait une alliance avec une personne, c’est un engagement sacré qu’il prend pour la vie de cette personne, pour la vie d’une nation. Ce que la personne sera, n’est pas le fruit de ses efforts mais de Dieu dans le cadre du respect de l’engagement pris. C’est pourquoi le fondement d’une alliance est purement spirituel. Et c’est en cela qu’il diffère de la promesse. Lorsqu’on donne une promesse à quelqu’un, les paroles de cette promesse contiennent des hypothèses. La promesse peut ou ne pas se réaliser. La promesse est souvent conditionnée : si tu obéis alors… Mais dans la parole de l’alliance, Dieu vient et dit : je rendrai ton nom grand… Il n’y a pas de condition à cela. C’est Dieu lui-même qui prend un engagement de rendre grand le nom d’Abraham, de faire de lui une nation... L’alliance est sans condition. Elle est l’affaire de Dieu. Voici un exemple d’une parole de l’alliance : Dieu dit à son serviteur Samuel : « Remplis ta corne d’huile, et va ; je t’enverrai chez Isaï, Bethléhémite, car j’ai vu parmi ses fils celui que je désire pour roi » Ainsi, David est devenu roi non pas à cause de ses efforts mais à cause de l’alliance.

L’alliance apporte la délivrance et celle-ci est une bénédiction qui vient de l’alliance. Dieu est, en effet, descendu en Egypte pour délivrer Israël à cause de l’alliance (Exode 6 : 1-8). Si par l’alliance Dieu a délivré Israël, c’est avec la même alliance qu’il te délivrera. Jamais l’alliance avec Dieu ne te laissera inchangé. Elle te délivrera de la pauvreté, de la maladie, de la stérilité, de la sécheresse… C’est à cause de l’alliance entre le roi David et son père que Mephiboschet, fils de Jonathan et perclus de pieds, avait été délivré. A cause de l’alliance, le roi David a été obligé de violer la loi que lui-même avait instituée et interdisant l’accès à la cité de David aux boiteux, pour ouvrir la porte de sa maison à Mephiboschet. A cause de l’alliance, celui qui avait fait entrer Mephiboschet dans la maison de David, te fera entrer dans ta gloire. C’est à cause de l’alliance que cette femme, fille d’Abraham et donc fille de l’alliance, que Satan avait liée pendant dix-huit ans, avait été délivrée le jour de sabbat (Luc 13 : 10-17). Partout où tu étais bloqué, tu es aujourd’hui délivré à cause de l’alliance.


L'APOTRE DE REVEIL L.G.  PENIEL

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 11:28
Genèse 15 : 7-17 ; Matthieu 26 : 27-28 ; Esaïe 49 : 8 ; Matthieu 27 :50-51

L’œuvre de la croix est le fondement même de la bénédiction de l’alliance. Dans les temps anciens, lorsque deux personnes voulaient s’allier, elles prenaient une bête qu’elles coupaient en deux et versaient le sang, et les deux devaient passer au milieu de la bête. Pourquoi devaient-elles couper la bête ? Pour que personne ne viole l’alliance. C’était le rituel de l’époque. Ici, Dieu donne à Abram la promesse de lui donner en possession un pays, mais celui-ci lui répond : « Seigneur Eternel, à quoi connaîtrai-je que je le posséderai ? » C’est alors que Dieu prend la décision d’initier ce rituel pour qu’Abram croie qu’il fera ce qu’il a dit. Il va jeter Abram dans un profond sommeil. Il passe au milieu pour montrer qu’il va veiller sur l’alliance, qu’il va la respecter. En principe il fallait que les deux passent mais comme Abram dormait, il va passer pour la deuxième fois et cette fois-là, il le fait pour Abram, parce qu’il savait l’homme faible en matière d’alliance. Il l’a fait par amour pour Abram, pour nous. Dans cet accord, Abram n’a rien fait si ce n’est chasser les oiseaux. Dieu n’allait rien profiter auprès de lui.

Depuis les temps anciens, la substance de l’alliance, c’est Jésus-Christ. Il a tout accompli. La seule chose que tu peux faire, c’est de le recevoir comme Seigneur et Sauveur, et ainsi, tu deviens participant de l’alliance. Dans le cas d’Abram, celui-ci n’a rien fait, c’est Dieu qui a tout fait. Oui, il y a des choses que Dieu fait dans nos vies, des choses qui ne dépendent que de lui. Ne méprise personne car tu ne sais pas ce que Dieu peut faire demain. Tout dépend de Dieu. Il n’y a que ce qu’il décide qui arrivera dans ta vie parce que la bible dit : « L’Eternel des armées l’a juré, en disant : Oui, ce que j’ai décidé arrivera, ce que j’ai résolu s’accomplira » (Esaïe 14 : 24). Les autres peuvent parler, comploter contre toi mais il n’y a que ce que Dieu a décidé qui arrivera.

Oui, la substance de l’alliance, c’est Jésus. Tout commence à Géthsémané. Là, le diable avait cru qu’il allait renoncer à sa mission. On l’a amené à la croix où on le fit passer par des temps difficiles. Il était là suspendu alors que des choses terribles se passaient : au ciel on attendait, sur la terre on attendait et le monde des ténèbres était dans le silence. Le diable avait pensé que, comme Samson, il allait se venger de ses ennemis. Mais dans cette souffrance-là, il dit : « Père, pardonne-leur parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font ». Il a pris l’éponge imbibée de son sang et il a effacé l’acte dont l’ordonnance nous condamnait. Il n’y a plus de condamnation pour nous. Il va continuer à parler sur la croix car il devait faire rapport à son Père. Il dit : « Tout est accompli ! »

Dans la bible, il y a des décrets permissifs et des décrets efficaces. Le décret permissif, c’est l’ordonnance de Dieu qui fait appel à notre volonté. C’est le cas par exemple de « Si tu crois, tu seras sauvé ». Le décret efficace est un décret qui ne dépend pas de nous comme par exemple « Tu es poussière, tu retourneras à la poussière ». « Tout est accompli » est un décret efficace. La traduction en grec de « Tout est accompli » donne à peu près : une fin qui ne finit pas de finir. C’est dire que cette maladie que tu as aujourd’hui, avait déjà été guérie il y a de cela deux mille ans. « Tout est accompli » veut dire que tout a déjà été payé. Tu n’as plus donc rien à faire car tout a déjà été payé.

Sur la croix, après que Jésus eut poussé un grand cri et rendu l’esprit, trois choses se passèrent (Matthieu 27 : 50-51), qui constituent en fait le fondement même de la bénédiction de l’alliance :

Le voile du temple se déchira en deux : c’est dire que la voie est libre, tu n’as plus besoin d’intermédiaire, tu peux aller seul devant obtenir ce dont tu as besoin.

La terre trembla. Pourquoi ? En ce temps-là, quand un roi mourrait, on pouvait l’enterrer avec d’autres cadavres. Mais cette fois-ci, le roi des rois venait de mourir. Que faire ? Dieu était obligé de descendre pour venir pleurer son fils. Il fallait qu’on secoue la terre pour que ta santé, ton mariage, ton voyage, ton travail sortent de là où on les avait enfouis.

Les rochers se fendirent. Pourquoi ? Parce que celui qui avait rendu l’esprit à la croix, était le rocher des âges. Ainsi, ton petit problème est comme un caillou, et il y a deux mille ans que le Seigneur l’avait brisé afin que tu sois affranchi. Il n’y a rien en effet qui puisse résister à ce que Jésus avait fait.

Une bonne nouvelle : après sa mort, dit la bible, Jésus est descendu dans les régions inférieures et, trois jours après, il va voir le diable pour lui réclamer les clés. Surpris, pris de cour, le diable a sans doute voulu en savoir un peu plus sur le jeune homme qui avait eu le courage de venir lui réclamer les clés. Peut-être s’était-il tourné vers Adam afin de connaître l’identité du jeune homme. Adam lui dit : Quand, sur incitation du serpent, nous avions péché dans le jardin d’Eden, Dieu avait dit au serpent qu’il mettra l’inimitié entre lui et la descendance de la femme et que celle-ci lui écrasera la tête ; peut-être que ce jeune homme est cette descendance-là… Non satisfait de cette réponse, le diable s’était tourné vers Abraham qui lui répondit : lorsque j’étais allé sacrifier Isaac, mon fils, un bélier était apparu, peut-être que le bélier, c’est ce jeune homme… Non satisfait, il s’était tourné vers Moïse qui lui dit : Un jour dans le désert, Israël avait eu soif, j’ai frappé le rocher avec mon bâton, l’eau avait coulé et le peuple s’était désaltéré, qui sait si le rocher, c’est ce jeune homme… Non satisfait de cette réponse, il s’était tourné vers Esaïe qui dit : il est écrit que le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière et que sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort, une lumière resplendit, qui sait si cette lumière, c’est ce jeune homme… Puis il ajoute : un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; on l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant… Qui sait si l’Admirable, c’est ce jeune homme… Non satisfait de la réponse, le diable se tourna vers Jean-Baptiste qui lâcha : Voici l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde…

Oui, Jésus est l’agneau de Dieu qui ôte le péché. Pour ton mariage, ta santé, ta promotion, ton voyage, tes affaires, tes études, voici l’agneau. Quel est ton problème, ton besoin, voici l’agneau. 

L'APOTRE DE REVEIL L.G. PENIEL

Partager cet article
Repost0

L'apotre De Reveil Lg. Peniel

  • : Le blog de APOTRE DE REVEIL L.G.PENIEL
  • : C'EST UN CADRE DES REFLEXIONS OU NOUS PARLONS DU PATRIOTISME ET DU CHRISTIANISME,L'EVANGILE ET LA POLITIQUE,DES MESSAGES TRES CONSTRUCTIFS QUI NOUS POUSSENT A CHANGER NOS VISIONS.
  • Contact

Les Reflexions Edifiantes