Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 08:56

239 

II - Quatre  caractères de la foi d’impact

Voici quatre caractères d’une foi d’impact :


1- La foi d’impact est morte au doute


La Bible parle de la foi d’impact d’Abraham, il avait 75 ans lorsque l’Éternel lui fait la promesse d’avoir un enfant. Il saisit la promesse et  croit de tout son cœur que ce que YHWH a dit, Il va le faire. Lorsque l’apôtre Paul  cite en exemple la foi d’Abraham, il dit que même si son corps était usé, les années passaient, il continuait à croire que YHWH va faire, il ne succomba pas au doute (Romains 4.21). Le patriarche est resté convaincu que  YHWH ne ment pas, il lui donnera un enfant.
La foi a le sens de se cramponner aux promesses comme un Alpiniste sur un rocher en se disant que s’il lâche ma main, il tombe dans un ravin et le bilan sera irréparable.
 
Les doutes prennent  place pour de multiples raisons :
  • Le temps d’attente peut devenir un facteur qui entraîne celui qui attend dans le doute;
  • La raison ;
  • La pression de la vie;
  • L’ignorance du plan de YHWH pour notre vie de disciple;
Malgré le temps qui passe, la raison et la pression de la vie, YHWH est fidèle, il finit par réaliser ce qu’il a promis.

 

 

 

2-La foi est muette devant le découragement


La  scène qui illustre mieux le principe de la foi muette devant le découragement se trouve dans le livre de 1 Samuel 17. Vous vous souvenez de ce récit qui relate le combat de Goliath contre David. Deux choses a rappeler, il y a d’un côté le peuple d’Israël découragé et vaincu par la peur et de l’autre un homme sans expérience de la guerre mais confiant en YHWH. Le découragement est une arme fatale contre la foi. Israël bat en retrait pendant quarante jours. David, homme de foi, ne se laisse pas prendre dans le piège du découragement. Il nourrit sa foi en YHWH en se rappelant  les bienfaits de YHWH à son égard. Il se dit, si YHWH a agi hier, il n’a pas changé, il agira encore aujourd’hui. Fort de cette confiance, David marche contre Goliath ayant en main cinq cailloux, un bâton et sa gibecière (v40). Et EL SHADDAI lui donne la victoire avec une armée non conventionnelle que l’ennemi a méprisée.
APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL
Partager cet article
Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 12:00

500

I - Le sens biblique de la foi

Derrière chaque miracle dans la Bible, il y a un secret qui s’appelle  la foi. L’auteur de l’épître aux Hébreux dit : sans la foi, il est impossible de plaire à YHWH. Autrement dit, sans la foi, YHWH ne peut rien faire. Les Évangiles attestent que Jésus n’a pas fait des miracles à Nazareth (région natale) à cause de manque de foi.

La foi  confesse  que :
  • YHWH est vivant;
  • YEHOWAH peut tout faire; 
  • ELOHIM est capable;
  • EL SHADDAI ne ment pas;
 
La foi s’appuie sur la Parole(les Promesses) et cela a comme résultat : la manifestation de la main de YHWH, toute puissante de EL SHADDAI.
 
18  Là où toute espérance paraissait insensée, il a espéré et s’est cramponné avec foi à cette promesse : « Nombreuse sera ta descendance ». Ainsi il est devenu le « père d’une multitude de peuples ».
19  Naturellement, il savait qu’étant presque centenaire, son corps n’avait plus le pouvoir de procréer ; il savait aussi que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants. Mais toutes ces considérations ne l’ont pas fait vaciller dans sa foi.
20  S’appuyant sur la promesse divine, il ne succomba pas au doute. Puisant sa force dans la foi, il fit honneur à YHWH,
21  étant pleinement persuadé que YHWH est capable de tenir parole et d’accomplir ce qu’il a promis.
( Romains 4.18-21)

Abraham s’appuie sur la  promesse. Vous vous demandez laquelle :
14 «Certes, je te comblerai de bénédictions et je te multiplierai grandement.
15  C’est ainsi qu’Abraham, ayant persévéré, vit s’accomplir la promesse.
16  Les hommes jurent par un plus grand, et, entre eux, la garantie du serment met un terme à toute contestation.
17  Aussi YHWH, voulant bien davantage faire voir aux héritiers de la promesse l’immutabilité de son dessein, s’engagea-t-il par un serment,
18  afin que, par deux réalités immuables, dans lesquelles il est impossible à un ELOHIM de mentir» ( Hébreux 6.14-18)

À la lumière de cette expérience d’Abraham, je reprendre cette définition d’un auteur inconnu :


 « La foi est morte au doute, muette devant le découragement, aveugle aux impossibilités et elle ne connait rien d’autre que le succès en Dieu.»

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL
Partager cet article
Repost0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 08:51

les-photos 6863 

Jésus définit la vie chrétienne comme une vie des miracles que j’appelle une vie surnaturelle. C’est une vie des signes et des prodiges. Une vie qui déborde les limites du naturel. Une telle vie n’est possible qu’au moyen de la foi en Christ mort et ressuscité.

Matthieu 9.27-29

27   Au moment où Jésus partit de là, deux aveugles se mirent à le suivre en criant : Aie pitié de nous, Fils de David !
28  Quand Jésus fut arrivé à la maison, les aveugles s’approchèrent de lui et il leur demanda : Croyez–vous que je peux faire cela ? Ils lui répondirent : Oui, Maître.
29  Alors Jésus leur toucha les yeux et dit : Dieu vous accorde ce que vous attendez avec foi !
30  Et leurs yeux purent voir. Jésus leur parla avec sévérité : Écoutez bien, leur dit–il, personne ne doit le savoir.
31  Mais ils s’en allèrent parler de Jésus dans toute cette région.

Voici un texte qui m’a parlé tout au long de la semaine. Deux aveugles sont  témoins du miracle de la résurrection de la fille de Jaïrus, chef  de la synagogue de  Capharnaüm. Ce miracle les a tellement marqué et impressionné qu’ils se sont  dits, le faiseur de ce miracle n’est pas un rabbin comme les autres. C’est lui le fils de  David ainsi  tout en criant ils se ont  mis à le suivre : aie  pitié de nous, Fils de David.
La réponse de Jésus m’a fortement frappée. Il leur pose cette question pleine de sens :
 « Croyez-vous que je peux faire cela.» (v 28 b)

Je me permets de rendre cette question personnelle pour toi.
 
  • Crois-tu que Jésus peut  te décharger de fardeau que tu portes depuis plusieurs jours ?
  • Crois –tu que Jésus peut  te guérir de ton infimité?
  • Crois-tu qu’à ton âge, Jésus peut t’ouvrir encore la porte du mariage ?
  • Crois-tu que Jésus peut  sortir ton fils de la prostitution, de la drogue?
 
Sans hésiter, les deux aveugles, témoins de la manifestation du royaume de Dieu, ils répondent  à Jésus : Oui Maître !
J’invite cette assemblée à remplir ce sanctuaire céleste  avec cette déclaration Oui Maître, Oui Maître, Oui Maître comme parole de foi en Jésus le Seigneur de nos vies.
 
Pour ce miracle. Jésus procède par une question unique dans les Évangiles : croyez-vous que je peux guérir ? Pourquoi une question si embarrassante à ces aveugles ?  La  seule raison pour laquelle Jésus pose la question est de conduire les deux aveugles à confesser leur foi sans laquelle le miracle est impossible.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 09:48

nEW-dEBU-AFFICH,ntoma 

2- La foi  d’impact triomphe de la raison
La Parole de  YHWH  promet que ELOHIM intervient dans notre vie lorsque nous crions à Lui. L’intervention de YHWH échappe aux règles de la  science et aux lois de la nature. Lorsque l’ange annonce à Marie qu’elle portera un bébé, immédiatement son cerveau se met à réagir et envoie les fruits de son raisonnement à Marie.  C’est ainsi qu’elle pose la question à l’ange; ‘’ comment cela se fera-t-il car je ne connais pas  d’homme?’’ (Lc 1.34)
Le miracle est possible dans la mesure où nous triomphons de notre raison.  Jésus dit à Marthe d’ôter la pierre de la tombe de Lazare. Instinctivement un raisonnement  se dresse comme  un obstacle  de taille à ce que YHWH veut faire : non, il sent déjà car c’est le quatrième  jour. (v39)     
Ce qui est vrai dans un pays chaud, sans chambre froide, après quatre  jours, le corps commence sans doute à se décomposer. La logique montre l’impossibilité. La foi indique que tout est possible à celui qui croit.
 
3- La foi a  un comportement  qui sort de l’ordinaire
Jésus ordonne à Marthe d’ôter la pierre. En temps normal, c’est quelque chose d’impossible  car le corps déjà se décomposer comme elle le dit à Jésus ; ‘’il sent déjà.’’      
Souvenez-vous du récit de la veuve  dans le livre de  2 Rois 4. Elle  vient demander l’aide au prophète Élisée pour payer ses dettes. Élisée lui  dit qu’as-tu à la maison. Elle répond qu’elle a simplement  un flacon d’huile. Le prophète donne des instructions spécifiques ;     ‘’ va et emprunte  plusieurs récipients  chez tes voisines.’’ Elle déclenche l’opération récipients. ‘’ Tu entreras dans ta maison et fermeras la porte après toi. Ensuite, tu verseras de l’huile au fur à mesure dans chaque marmite.’’      
Ce comportement est une folie pour le monde mais une obéissance à YHWH. Beaucoup de miracles ne se sont pas produit à cause de la raison qui a  freiné le comportement de la foi.      
Imaginez la fois où Jésus est en face d’une foule de 5000 mille hommes sans compter les femmes et les enfants. Il prend dans les mains d’un jeune garçon deux pains et cinq petits poissons. Il rend grâce et ordonne aux disciples de distribuer. Le miracle n’a eu lieu que lorsque  les disciples ont commencé à passer les paniers. (Jn 6.1ss)  
Pensez aussi au miracle de l’aveugle-né dans Jean 9.  Jésus crache   par terre et avec ses doigts, fait de la boue et lui applique sur les yeux. Ensuite il lui dit ; ’’… va te laver  au réservoir de Siloé.’’ Jusque-là le miracle n’a pas eu lieu. L’aveugle  dit à son guide de le conduire au réservoir, c’est à un trajet de 4 à 5 km sous la chaleur. Le comportement de la foi amène un miracle.

 

Conclusion

 

La foi d’impact ne se laisse pas faire même si tous les recours sont épuisés selon les hommes. 
  • Elle voit la vie là où il y a la mort;
  • Elle voit la solution là où il y a le problème;
  • Elle salue la délivrance là où il y a le blocage;
  • Elle voit la pluie là où il y a la sécheresse.
La foi d’impact fixe les yeux sur le EL SHADDAI Tout-Puissant et s’appuie sur ses promesses et sa fidélité. 
Jésus apprend à Marie et à Marthe de:
  • Ne pas accepter la perte si elles n’ont pas la conviction que c’est de YHWH;
  • Ne pas baisser les bras ni compter sur les tierce pour voir Dieu agir dans leur vie…  Marthe ; ‘’ ôtez la pierre’’
Lazare est mort, inhumé depuis quatre jours, la tombe est scellée pour dire que c’est fini  mais il est revenu à la vie. Ce miracle est un signe que : tout  blocage, mort ou sécheresse fait partie des dossiers pour lesquels nous baissons les bras. Jésus montre que tu peux oser encore.
Amen

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 09:29

New-Affich-2ntoma2 

Les risques de la confusion de la foi

Jésus a pris tout son temps pour venir et lorsqu’il arrive à Béthanie, Lazare était déjà mort et inhumé depuis quatre jours. Marthe est dans une certaine confusion de sa foi. Elle ne comprend pas ce qui leur arrive. Jésus ne peut pas agir de cette façon à leur égard. Elle a mille et une  questions autour de sa foi. Je vous cite trois questions :  
Pourquoi  leur frère est-il mort sans qu’il fasse un miracle?  
Pourquoi  Jésus est-il venu en retard?  
Pourquoi le Seigneur n’a pas agi ?  
Dans son dialogue avec Marthe, Jésus fait ressortir une leçon importante  de la  foi. Les propos de  Marthe  nous permettent de dégager deux tendances de la foi.
 
a- Une foi d’archive
Marthe évoque une première tendance de la foi tournée vers le passé. Nous sommes souvent enthousiasmés par les récits de miracles de la Bible montrant des témoignages de ce que YHWH a fait dans le passé. Les récits de la Bible nous témoignent la puissance de EL SHADDAI. Ce qu’il a fait hier, il peut le faire encore aujourd’hui.     
«  Marthe dit à Jésus : Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort !» (v21)
 
b- La foi futuriste
Marthe croit à la résurrection mais à la fin des temps. Elle a bien appris la doctrine de la résurrection.  C'est-à-dire que EL SHADDAI est  Tout-Puissant, il  agira à la fin des temps. Il se lèvera sur son trône éternel pour ressusciter les morts.    «Je sais, lui répondit Marthe, qu’il se relèvera à la résurrection, au    dernier jour.»(v24)     Jésus apprécie les réponses de Marthe comme un bon enseignant, il va plus loin. Au verset 23, il dit : Ton frère ressuscitera. Jésus annonce à Marthe une intervention qui allait avoir lieu dans les minutes qui  suivent leur entretien. La foi = Oui et Amen.
    

La leçon d’une foi d’impact

Jésus amène Marie, Marthe et leurs amis à la tombe de Lazare pour enseigner sur un thème qui lui est chère; celui d’une foi d’impact.
1- La foi d’impact ne limite pas YHWH
Jésus prêche sur la foi à un lieu inhabituel. C’est devant le caveau familial où Marthe et Marie ont déposé le corps de leur frère. En jetant la dernière pelle de terre sur la tombe, elles ont dit adieu au corps de Lazare. Elles quittent le cimetière en disant; ‘’la page est tournée, passons à autre chose…’’ sans doute le processus de guérison des émotions blessées.  
Jésus donne  la leçon de foi d’impact aux  deux  femmes : ôtez la pierre. Dans une société macho, ôter la pierre est un service réservé aux hommes. D’ailleurs se sont des hommes qui avaient placé la pierre. Mais Jésus s’adresse à Marthe : ôtez la pierre.
Ce qui a été enterré, ou qui a bogué à cause des hommes  peut être retrouvé (déterré) par  la foi en YHWH. La foi est la clé qui ouvre des dossiers fermés.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 10:01

032

Nous allons continuer notre étude cette fois en lisant dans le Nouveau Testament. Ouvrons nos Bible dans Jean 11.17-44
17  A son arrivée, Jésus constata que Lazare était déjà dans le tombeau depuis quatre jours.
18  Or Béthanie était proche de Jérusalem, à quinze stades environ.
19  Beaucoup de Juifs étaient venus trouver Marthe et Marie pour les réconforter au sujet de leur frère.
20  Lorsque Marthe eut entendu dire que Jésus arrivait, elle vint au-devant de lui, tandis que Marie restait assise à la maison.
21  Marthe dit à Jésus : Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort !
22  Mais maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te le donnera.
23  Jésus lui dit : Ton frère se relèvera.
24  Je sais, lui répondit Marthe, qu’il se relèvera à la résurrection, au dernier jour.
25  Jésus lui dit : C’est moi qui suis la résurrection et la vie. Celui qui met sa foi en moi, même s’il meurt, vivra ;
26  et quiconque vit et met sa foi en moi ne mourra jamais. Crois–tu cela ?
27  Elle lui dit : Oui, Seigneur, moi, je suis convaincue que c’est toi qui es le Christ, le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde.
28  Après avoir dit cela, elle s’en alla. Puis elle appela Marie, sa sœur, et lui dit en secret : Le maître est arrivé, il t’appelle.
29  Dès qu’elle entendit cela, celle-ci se leva vite pour venir à lui ;
30  car Jésus n’était pas encore entré dans le village ; il était encore au lieu où Marthe était venue au-devant de lui.
31  Les Juifs qui étaient dans la maison avec Marie pour la réconforter la virent se lever vite et sortir ; ils la suivirent, pensant qu’elle allait pleurer au tombeau.
32  Lorsque Marie fut arrivée là où était Jésus et qu’elle le vit, elle tomba à ses pieds et lui dit : Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort !
33  Quand Jésus la vit pleurer, et qu’il vit pleurer aussi les Juifs qui étaient venus avec elle, son esprit s’emporta et il se troubla.
34  Il dit : Où l’avez–vous mis ? –– Seigneur, lui répondirent–ils, viens voir !
35  Jésus fondit en larmes.
36  Les Juifs disaient donc : C’était vraiment son ami !
37  Mais quelques–uns d’entre eux dirent : Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait–il pas aussi faire en sorte que cet homme ne meure pas ?
38  Jésus, s’emportant de nouveau, vint au tombeau. C’était une grotte, et une pierre était placée devant.
39  Jésus dit : Enlevez la pierre. Marthe, la sœur du mort, lui dit : Seigneur, il sent déjà : c’est le quatrième jour !
40  Jésus lui dit : Ne t’ai–je pas dit que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ?
41  Ils enlevèrent donc la pierre. Jésus leva les yeux et dit : Père, je te rends grâce de ce que tu m’as entendu.
42  Quant à moi, je savais que tu m’entends toujours, mais j’ai parlé à cause de la foule qui se tient ici, pour qu’ils croient que c’est toi qui m’as envoyé.       
43  Après avoir dit cela, il cria : Lazare, sors !
44  Et le mort sortit, les pieds et les mains liés de bandelettes, et le visage enveloppé d’un linge. Jésus leur dit : Déliez–le, et laissez–le aller.
 J’aime le texte de Jean chapitre 11 même s’il commence par une mauvaise nouvelle de la maladie qui mène à la mort car il se termine par la bonne nouvelle de la résurrection. En lisant le chapitre 11 de Jean, je vois une grande vérité : même si tu as mal commencé, sache que tu finiras bien car le Seigneur notre Dieu est un Dieu de changement et de récupération.
 
Le miracle de résurrection de Lazare apporte une grande lumière sur notre thème : fini  devant les hommes, pas devant Dieu.
 
Les épreuves  frappent tout le monde
L’histoire de la maladie et de la mort de Lazare nous introduit dans l’univers des épreuves. Lorsque je parle des épreuves, il s’agit de : maladie, perte d’emploi, accident, décès, incendie, vol, rupture de lien d’amour, etc. Les épreuves  frappent tout le monde et amènent beaucoup de  douleurs dans la vie.
 
La douleur accouche des noms nouveaux. J’en ai parlé lors de ma dernière prédication en vous invitant de faire attention aux noms que la douleur vous suggère. Voici trois cas types : 
  • Comme elle allait rendre l’âme, car elle était mourante, elle l’appela du nom de Ben–Oni (« Fils de mon mal ») ; mais son père l’appela Benjamin (« Fils de la main droite »). (Gn 35.18)
  • 20  Elle leur dit : Ne m’appelez pas Noémi ; appelez–moi Mara, car le Tout–Puissant m’a rendu (la vie) bien amère !
    21  Comblée j’étais partie ; vide l’Éternel me ramène. Pourquoi m’appelez–vous Noémi ? L’Éternel a témoigné contre moi, le Tout–Puissant m’a fait du mal.
  • 9  Yabès a été un homme plus honoré que ses frères. Sa mère lui a donné le nom de Yabès, parce qu’elle avait beaucoup souffert en le mettant au monde. (1Chr 4.9)
Les trois textes témoignent  que la douleur  provoquée par une épreuve a des effets dévastateurs. Il faut demander de l’aide afin que quelqu’un vous soutienne par la prière et les conseils nécessaires.
 
Au chapitre 11 de Jean, l’épreuve frappe une famille, des amis fidèles de Jésus: Marthe et Marie. Leur frère du nom de Lazare est malade. Dans toute cette dure  épreuve, ces deux femmes de foi informent Jésus. Autrement dit, elles font appel aux membres de leur église  et les convient à la prière et au jeûne.  Dans leur cas, le temps passe, Jésus tarde à venir. Finalement, leur frère meurt. Parfois l’épreuve amène une certaine confusion de notre foi.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2011 2 08 /11 /novembre /2011 10:18

  

3- La foi avec réplique (Dan.2:12)
L’ennemi ne prend jamais de vacances. Tantôt il attaque d’une manière, tantôt d’une autre. Il est un fin stratège. Son but, vous le connaissez, c’est de détruire, égorger et nuire à ta vie, ta santé, ton emploi et ton mariage afin de semer la confusion et le doute dans ta foi( Jn 10.10).
La troisième attaque est encore dissimulée, l’ennemi utilise une stratégie douce. Lorsque tu observes, tu te dis que Daniel n’a rien à faire dans cette affaire. L’ennemi attaque les sages, les devins, les magiciens et les astrologues, bref il attaque tous les prêtres des sciences occultes. Mais la personne visée et qui dérange, c’est Daniel, le serviteur de Dieu à la cour. Sa présence et celle de ses compagnons dérangent.
Le roi a fait un rêve sur son lit. Il est de mauvaise humeur et inquiet car il ne comprend pas le sens de son rêve. Il cherche à soulager son moral. Il fait venir tous les sages, astrologues, magiciens et devins pour lui donner l’explication du rêve. Une chose étrange, il ne raconte pas son rêve mais il exige que la liste des praticiens de divination que je viens d’énumérer fassent le job au complet. Puisqu’ils ne peuvent pas connaitre le contenu du songe, il en va de soi qu’ils ne peuvent en donner l’explication. Le roi signe un décret pour exécuter tout le monde y compris Daniel et ses compagnons. L’ennemi se dit, ’’ ça y est ! Cette fois, c’est dans la poche. C’est fini !’’ Car selon la loi de Mèdes et de Perses, ils doivent périr.
Daniel réplique et dit que l’ordonnance est signé sur la terre, les hommes disent que c’est fini, qu’il n’y a pas de recours. Mais mon Législateur n’a pas encore rendu verdict. 
À l’opposé, la reine Esther a peur d’entrer à la cour de l’empereur Assuérus pourtant c’est son mari. Mais Daniel, quel courage lorsqu’il bouscule les gardes et Aryok le chef de service de sécurité et entre lui-même chez le roi. Du jamais vu! Il s’adresse au roi afin qu’il lui donne un sursis de quelques jours afin de lui donner l’explication au rêve. Et le roi dit, oui ! Décret d’exécution suspendue! 
Au v14, Daniel rentre vite chez lui et rencontre ses amis et les convie d’aller auprès du Législateur suprême pour briser la décision du roi. Après quelques jours de prière, Daniel reçoit la révélation et entre chez Nebucadnetsar avec un bout de papier en main où il avait écrit sa vision et son explication.
Le roi sourit et demande à son chef de cabinet d’annuler le décret du verdict de mort.

Fini devant les hommes, mais pas devant Dieu!


4- La foi avec constance
La dernière victoire de la foi est contre l’esprit de nuisance. Cet esprit est venu sur les collègues de Daniel à cause de leur cœur plein de jalousie à la suite de la nomination de Daniel au poste de gouverneur en chef de Babylone. Ils forment une coalition pour l’écarter et le supprimer car il est meilleur. Ils proposent au roi d’instaurer un culte de personnalité. Balthazar est favorable à ce que toute la population de son empire l’adore pendant trente jours. La raison derrière est de tendre un piège à Daniel. Les collègues de Daniel savaient que celui-ci est constant dans sa foi. On peut tout toucher mais pas à sa communion, aux heures de prière, à la méditation de la parole, aux heures de rendez-vous avec Dieu. C’est une corde sensible pour lui alors sans hésiter il dit non!

Effectivement, Daniel n’a pas bronché dans sa foi. Il est arrêté et conduit à être jeté dans la fosse aux lions. C’est un pari, Daniel dit au roi,‘’Ta loi est injuste, elle me condamne mais mon Législateur promulguera une loi qui me libère, me restaure et me fait prospérer davantage.’’ Cette fois, le jugement est exécuté, Daniel est jeté dans la fosse aux lions.
Le lendemain matin, le roi Balthazar vient timidement devant la fosse et appelle : ‘’Daniel, Daniel…’’ Daniel un homme de foi et de constance et du fonds de la fosse une voix retentie avec un message claire : ‘’Mon Législateur m’a rendu justice en promulguant la loi de vie, de restauration et de bénédiction.’’

 

Conclusion
Fini devant les hommes, mais pas devant Dieu
Daniel est un héros de foi. Il est conduit injustement à faire face à une longue et dure épreuve. Il s’agit d’une tragédie indescriptible pour un adolescent.
Au lieu d’ébranler sa foi, il garde sa confiance en Dieu. Pour lui, les hommes et leurs systèmes décident mais la dernière décision sur sa vie revient à son Dieu.
Derrière les miracles du livre de Daniel, il y a un homme qui aime Dieu malgré les épreuves. Il exprime son amour par la foi : sans compromis, avec refus, avec discernement et avec constance. 
Tu vis des temps difficiles, tu attends le débogage mais les choses empirent. Tel que tu me regardes là les choses vont mal dans ta vie, au travail et dans la famille. Tu pleures en te posant la question, jusqu’à quand?
Tiens bon, car ton Législateur proclamera une ordonnance de restauration, de bénédiction, de restitution et d’un nouveau départ.
Amen

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

500
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 08:59

042 DANIEL 1:1-7

Fini devant les hommes, mais pas devant Dieu !
Les six premiers chapitres du livre de Daniel relatent quatre expériences que Daniel a vécues pour illustrer la victoire de la foi. À la lecture de ces expériences, le Seigneur m’a révélé un seul secret pour voir Dieu agir : la foi!
Voici quatre portraits de foi qui voient la manifestation de la puissance de Dieu afin de dire comme Daniel : mon législateur n’a pas encore rendu son verdict.
1- La foi avec résolution (v5)
À peine arrivée à Babylone, Daniel est sur un terrain de combat très glissant. Je vais vous le décrire. Le roi donne l’ordre à Aschpenaz, son intendant chargé de la formation des jeunes de nourrir des otages de mets de la table du roi et leur donner comme breuvage le vin que le roi consommait.
Imaginez avec moi, Daniel est un prisonnier de guerre dans un empire où le roi a le droit de vie et de mort. Souvent le repas du prisonnier est rançonné. Cette fois, le roi propose qu’on offre aux otages beaucoup de viandes et de boissons alcooliques. Quelle bonne décision pour rendre les otages heureux !
Voici deux vérités qui se cachent derrière l’offre du roi.
  • D’abord, il faut noter que dans la mentalité orientale, partager un repas équivalait à s’engager en amitié. Prendre un repas ensemble était un signe d’alliance (Gn 31.54; Ex 24.11.Ne 8.6-12 cf Mt 26.26-28). En acceptant l’offre du roi, Daniel s’engageait à lui être fidèle et loyal.
  • Ensuite, il faut comprendre que derrière ce repas se cachait une autre dimension spirituelle dont Daniel n’a pas voulu s’associer pour éviter toute compromission : « la nourriture et les boissons païennes étaient dédiées aux idoles, en consommer revenait à s’associer aux honneurs rendus à ces divinités. Daniel garda son cœur (cf. Pr 4.23) et décida de refuser la viande des bêtes impurs sacrifiée aux idoles (cf. Ex 34.14-15). Il sait que Dieu ne se manifeste pas là où il y a des compromis.

 

2- La foi avec refus (v7)

Daniel savait que Dieu avait un plan pour sa vie. Le séjour dans le pays d’épreuve et de douleur n’annule pas le plan de Dieu pour sa vie. Dieu est souverain ! La vallée dans laquelle il est tombé, ne lui donne pas l’occasion de faire des alliances avec l’ennemi. Comme deuxième piège, L’ennemi lui ordonne de changer son nom pour porter un nom nouveau : Beltsachatsar. Le nom porte la destinée de quelqu’un.
Le changement de nom était l’un des facteurs clés ayant pour but le lavage de cerveau. L’objectif était de pousser Daniel et ses compagnons, tous des otages, à consacrer leurs vies aux divinités babyloniennes.
Beltsachatsar signifie : Bélet règne sur moi, ou simplement j’adore Bélet. Bélet était cette divinité connue comme épouse de dieu Mardouk, celui que le roi Nebucadnetsar vénérait comme sa divinité personnelle. Souvent, la population lui offrait en sacrifice des nouveaux nés.
Daniel était Juif, consacré depuis l’âge de 7 jours à YHWH. Il reconnait que malgré les circonstances difficiles de sa vie, ELOHIM avait une mission pour lui sur cette terre étrangère. Au temps marqué, son Législateur, EL SHADDAI rendra son verdict.
Ce matin, ce n’est pas un hasard que tu écoutes ce message. Tu as été marqué par plusieurs évènements douloureux. Ils ont gravé dans ton cœur un nom nouveau : mort (conjoint, enfant), chômage, maladie, échec, faillite, divorce, rejet, calomnie, viol, injustice, vol. Je te dis que ces évènements ne peuvent changer ta destinée. Tu ne t’appelles pas viol, calomnie, chômage, échec. Tu t’appelles : un homme de destinée.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 09:23

050 

Ce n’est pas fini ! Tu n’es pas brûlé ! Il y a encore un avenir devant toi !


La semaine dernière, j’ai affirmé que la Bible toute entière rend témoignage de l’intervention de YHWH dans la vie des hommes. Quand je dis des hommes, je parle des individus comme toi et moi, familles et nations. J’ajoute une autre affirmation, YHWH ouvre des dossiers fermés et rend un verdict différent de celui des hommes. Voici quelques témoignages :
  • Abraham et Sara sont déclarés vieux, ils ont dépassés l’âge de la procréation; à cause de leur foi YHWH ouvre leur dossier et leur donne un enfant;
  • Israël marche vers le pays promis. Sur la route, il se trouve devant eux une barrière qu’il ne pouvait imaginer, je parle de la mer rouge. Quand il fait demi-tour, il voit l’armée de Pharaon. Il est pris dans un cul-de -sac. Pour l’armée de Pharaon, Israël est pris au piège, elle se dit qu’Israël est sans force, que c’est fini pour cette nation. Entre temps, Israël se ressaisit et crie avoir foi en la puissance de YHWH malgré ce chemin sans issue. YHWH ouvre la mer et son peuple passe car ce peuple a gardé foi!
  • Ce principe fonctionne bien. L’Évangile selon Jean rapporte le témoignage de la résurrection de Lazare. Il était mort, le médecin avait sans doute attesté son décès, le certificat était émis. La famille y croyait. Elle a procédé à son inhumation. Jésus est même allé au lieu de deuil. Il a constaté la blessure et la douleur de la famille. Avant de quitter la famille, il a dit aux deux sœurs, que cette histoire est finie aux yeux du médecin, de la famille et du village mais… devant YHWH, ce dossier sera reouvert. Si vous avez foi, votre frère vive encore.
Un homme de YHWH  a dit que « la foi est un oiseau qui perçoit la lumière et qui chante alors que l’aube ne s’est pas encore levée. »
Face à la tragédie, la ville de Jérusalem pleure et se questionne : pourquoi YHWH nous a laissé tomber? Tous voyaient un avenir sombre devant ces quatre adolescents qui voyageaient vers l’inconnu surtout avec une armée violente.
Mais Daniel se relève et dit à ses compagnons de captivité : Hanania, Mischaël, Azaria, cessez de pleurer comme si c’était la fin du monde. Nebucadnetsar et son armée doivent savoir que cette affaire n’est pas la fin car mon Législateur n’a pas encore rendu son verdict. Je vous le dis, affirme-t-il, ce n’est pas fini. Je vois les choses autrement devant nous.
Les yeux de la foi nous amènent à lire l’histoire autrement.
« La foi est morte au doute, muette devant le découragement, aveugle aux impossibilités et elle ne connait rien d’autre que le succès en YHWH. »
Un témoignage
Un cher frère et ami que j’appellerai pour la circonstance Changement, était membre d’une assemblée de Belgique, un homme fidèle et engagée dans l’église. Il n’a jamais manqué une réunion sauf pour raison de santé ou de voyage. Dans les échanges avec lui, j’apprends qu’il était condamné à payer à la justice un gros montant de francs belges pour un dossier qui relevait de son passé, la justice ayant rendu son verdict depuis longtemps. Il avait même des arrangements pour payer chaque mois. Je l’ai vu soupirer afin de joindre les deux bouts à la fin du mois.
Je lui fais voir que malgré le verdict rendu par le tribunal, son YHWH est un dernier Législateur, il peut rendre un verdict différent. Nous sommes entrés dans un jeûne et prières pendant trois jours. Le dernier jour, j’ai eu un rêve étrange. J’ai vu un juge comme président du tribunal, vêtu en toge rouge entré dans la salle d’audience ayant dans ses mains un gros dossier. Appelant le frère dans les bancs il crie, ’’c’est fini!’’
Le lendemain matin, je lui ai rapporté mon songe. Il était sceptique affirmant que le dossier était fermé depuis bien longtemps. ‘’Apotre, tu ne connais pas la loi de notre pays.’’ Avant la fin de la semaine, il reçut la convocation de la cour. Les choses se sont passées telles que le Seigneur me l’avait montré.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 10:57

DSC01122 

Daniel 1.1-7

 

1 La troisième année du règne de Jojakim, roi de Juda, Nebucadnetsar, roi de Babylone, marcha contre Jérusalem, et l’assiégea.
2 Le Seigneur livra entre ses mains Jojakim, roi de Juda, et une partie des ustensiles de la maison de ELOHIM. Nebucadnetsar emporta les ustensiles au pays de Schinear, dans la maison de son dieu, il les mit dans la maison du trésor de son dieu.
3 Le roi donna l’ordre à Aschpenaz, chef de ses eunuques, d’amener quelques-uns des enfants d’Israël de race royale ou de famille noble,
4 de jeunes garçons sans défaut corporel, beaux de figure, doués de sagesse, d’intelligence et d’instruction, capables de servir dans le palais du roi, et à qui l’on enseignerait les lettres et la langue des Chaldéens.
5 Le roi assigna pour chaque jour une portion des mets de sa table et du vin dont il buvait, voulant les élever pendant trois années, au bout desquelles ils seraient au service du roi.
6 Il y avait parmi eux, d’entre les enfants de Juda, Daniel, Hanania, Mischaël et Azaria.
7 Le chef des eunuques leur donna des noms, à Daniel celui de Beltschatsar, à Hanania celui de Schadrac, à Mischaël celui de Méschac, et à Azaria celui d’Abed–Nego.
 
Le récit que nous venons de lire est l’introduction au livre de Daniel qui relate les expériences (exploits) de vie de foi de quatre jeunes adolescents Juifs que l’ennemi a attaqué dans le but de briser pour toujours leur vie et leur destinée.

En lisant le livre de Daniel, vous serez captivé par une série de victoires sans arme, des victoires dans la vie de foi contre
  • les tragédies bouleversantes de la vie ;
  • la jalousie;
  • l’injustice;
  • la méchanceté;
  • les menaces;
  • la calomnie;
Bref contre tous les projets maléfiques de l’ennemi. Ce que j’aime du livre de Daniel, c’est qu’il relate une série de batailles engagées sur le terrain de l’ennemi ou son propre camp et comme je venais de le dire des victoires de la foi et surtout sans arme. Oh! comme l’ennemi a fait un mauvais calcul en entrainant au changement quatre jeunes gens, plein de foi en YHWH. Sur ce terrain, il va perdre la tête et la bataille sur tous les fronts.
 
Laissez-moi-vous résumer dans des termes simples ce qui est arrivé. Un roi du nom Nebucadnetsar régnait sur Babylone. C’était un roi idolâtre, ambitieux et méchant. Dans ses ambitions d’élargir son empire, il engage une guerre contre l’Égypte. Sur sa route de conquête, il attaque à Jérusalem, Yojakim son roi. Il assiège la ville pendant plusieurs jours. La ville finit par tomber sous la puissance de feu de son armée. Et son armée entre dans la ville sainte, dépouille des objets du temple, prend comme otage des jeunes gens, beaux, sages, intelligents et bien éduqués et les amène à Babylone pour être formés et servir leur roi.

Jérusalem est à genoux, la ville sainte est humiliée, et couverte de honte et son avenir est compromis.
Pendant les jours mauvais, YHWH ouvre une fenêtre au ciel et parle. Quand tout va mal, EL SHADDAI a un message pour ta vie. Cette fois, Dieu parle aux otages, aux familles et à la nation d’Israël éprouvée à travers le nom de Daniel, un nom qui porte un message même pour toi ce matin.

Daniel signifie : L’Éternel sera mon juge. Pour Daniel, les évènements sont tragiques. Ils bouleversent sa vie, celle de sa famille et de cette nation. Le roi Nebucadnetsar et son armée se réjouissent de voir Jérusalem humilié. Ensemble ils jubilent pour la victoire et pour les conquêtes réussies. Ils affirment avec raison que Jérusalem est à genoux.
Mais rappelez-vous toujours de mon nom : Législateur qui n’a pas encore rendu verdict. Le jour de leur arrestation a créé tout un émoi à Jérusalem, les amis, les parents et les voisins pleuraient, se frappaient la poitrine selon la tradition; se jetaient du sable et déchiraient leurs habits. Daniel est d’un calme inhabituel. Il s’est tourné vers sa mère et son père et leur dit : Ce n’est pas fini…. Mon législateur n’a pas encore rendu verdict.

 

APOTRE DE REVEIL LG. PENIEL

Partager cet article
Repost0

L'apotre De Reveil Lg. Peniel

  • : Le blog de APOTRE DE REVEIL L.G.PENIEL
  • : C'EST UN CADRE DES REFLEXIONS OU NOUS PARLONS DU PATRIOTISME ET DU CHRISTIANISME,L'EVANGILE ET LA POLITIQUE,DES MESSAGES TRES CONSTRUCTIFS QUI NOUS POUSSENT A CHANGER NOS VISIONS.
  • Contact

Les Reflexions Edifiantes